Notre-Dame, les reliques et le feu

Il est parfois de tristes circonstances qui motivent l’intérêt pour un objet en particulier. Hier soir, après une saine après-midi de travail à la BnF, je descendais le quai d’Austerlitz, lorsque je vis passer en trombe un cortège de véhicules de pompiers. Levant les yeux, un épais nuage de fumée blanche s’élevait. Depuis le pont Charles de Gaulle, la vue sur l’Île de la Cité ne laissait pas de place au doute.

L’incendie vu depuis les hauts de Ménilmontant

Rapidement, plusieurs journaux annonçaient le sauvetage de deux principales reliques du trésor cathédrale : la couronne d’épines du Christ, la Tunique de Saint Louis et les parcelles de la Vraie-Croix. Tandis que celles conservées dans le coq de la flèche de Notre-Dame (une parcelle de la sainte couronne, des parcelles des restes de saint Denis et saint Geneviève) ont disparu dans l’effondrement du toit et de la charpente. Le reste du trésor, conservé dans un bâtiment au sud du choeur, semble avoir été préservé de l’incendie et mis en sûreté dans l’Hôtel de Ville durant la nuit.

Deux remarques. Premièrement, les reliques semblent avoir été sauvées en priorité, d’abord, à mon sens en tant qu’objet sacré mais aussi patrimonial. Rappelons que la Sainte-Couronne présente à Notre-Dame n’est autre que la relique achetée par Louis IX en 1238, transférée à dans la cathédrale de Paris avec le reste du trésor de la Sainte-Chapelle en 1804.

Deuxièmement, le traitement médiatique de ce sauvetage est intrigant. Sur les plateaux des chaînes d’informations, plusieurs représentants ou membres de l’Église catholique ont essayé d’expliquer ce qu’est une relique. Tous soulignaient un objet davantage mémoriel et symbolique, comme support matériel à la fois, l’instar d’une image, tout en dénuant un culte spécifique ou obligatoire, qui renverrait dans l’imaginaire collectif à des pratiques superstitieuses. L’accent a surtout été mis sur le symbole, davantage que sur la réalité supposée de l’objet.

Le ciel de l’incendie depuis le croisement Charonne/Ledru-Rollin

La relique, la perte, la mémoire

Historiquement, les incendies, volontaires ou non, constituent une grande menace pour les reliques. L’époque moderne est émaillée de désastres de ce type, que ce soit lors des guerres de religion, ou lors d’accidents malheureux. La perte et/ou le sauvetage du trésor sacré constitue alors un moment de crise pour la communauté concernée. “Seigneur, Pourquoi ?”, s’interrogeait Patrick Chauvet, le recteur archiprêtre de la cathédrale Notre-Dame, la nuit du désastre. Cette question revient à de très nombreuses reprises lors des désastres touchant les sanctuaires. Car l’église – et peut-être davantage la cathédrale – symbolise la présence de Dieu dans un territoire et le lien particulier entre une communauté et la divinité. Et les reliques instaurent des liens particuliers avec des saints protecteurs et intercesseurs, dont le nombre se multiplient en particulier aux XVIe et XVIIe siècles. Tout au long de l’époque moderne, la perte ou la menace d’une perte des ressources sacrées locales sont comprises comme autant d’avertissements divins venant sanctionner le mauvais comportement de la communauté. Après l’incendie doit donc survenir le moment de la résilience, durant lequel la communauté fait acte de pénitence et de grâce, refondant la relation avec Dieu et les saints sur de nouvelles fondations.

C’est par exemple le cas à Toulouse en 1609. Le 9 décembre de cette année, un violent incendie frappe la Cathédrale Saint-Étienne, détruisant l’édifice dans sa quasi-totalité. Le récit produit dans les Annales de la cité revient sur le sauvetage des reliques de saint Étienne (Archives municipales de Toulouse, BB227, fol. 195 recto-verso) :

” La nuict du neufviesme du mois de Decembre survinct un grand malheur et desastre en ceste ville. Car en ceste dite nuict le Feu, on n’a sçeu comme quoy, se prinst en telle sorte aux cheres du cœur, orgues et chapelles de l’assomption Nostre Dame, en l’Esglise Metropolitaine St Estienne. Qu’en moins de six heures tout l’ediffice du cœur de ladite esglise feut bruslé et reduict en cendres, mesme l’autel du Coëur, le restable duquel et les images entacées en iceluy estoient de fin argent doré et enrichi de pierreries. Pendant le bruslement, on s’advisa de conserver et retirer les relicques et chasse de Monsieur St Estienne qu’estoient au derriere du didt Autel. Ce feut ceste resolution excecutée fort heureusement par la prudence et sagesse et grand courage du Sieur Chevalier de Catel qui s’exposa à cest effect aux flammes, retira et emporta dicelles les chasse et relicques “

La reconstruction fut longue. Elle s’acheva en 1654 par la réalisation d’un nouveau maître-autel dédié à Saint-Étienne. Il fut financé par les États du Languedoc et par les marchands toulousains. Sa construction fut confiée à l’architecte Pierre Mercier et au sculpteur toulousain Gervais Drouet. Un autel de retro accueillait les reliques de saint Étienne, visibles par les fidèles depuis des ouvertures dans le déambulatoire. Différentes statues, réalisées en 1727, complètent l’ensemble.

Saint Étienne, protomartyr, est représenté dans la scène de sa lapidation, établissant de fait un lien entre Jérusalem et la cité toulousaine.

Ces sauvetages sont très fréquents tout au long de l’époque moderne, parfois interprétés comme des miracles. La prise de nombreuses villes en 1652 par les armées protestantes donna lieu à de nombreux actes iconoclastes, qui affectèrent durablement le paysage sacré du royaume de France. La mise en mémoire de ces destructions par les Catholiques au XVIIe siècle contiennent de nombreux exemples qui vont dans le sens du miracle. Ainsi, François Farin, historien de la ville de Rouen, raconte en 1668 le sauvetage miraculeux des reliques de saint Cande qu’avaient entassés les Huguenots dans l’église Saint-Cande-le-Jeune dans la capitale de la Normandie. Alors que les flammes redoublaient, les ossements du saint patron de cette église paroissiale s’envolèrent et se mirent à l’abri jusqu’à la fin des troubles.

Il arrive que parfois les incendies détruisent les reliques. Mais là encore, la perte est à relativiser. Des dynamiques mémorielles valorisent après l’événement les cendres des corps saints et les traces du feu. Ainsi, toujours à Rouen, les Protestants, en 1562, avaient brûlé les reliques de saint Herbland et de saint Blaise dans l’église paroissiale Saint-Herbland. En 1649, le curé parvint à se procurer d’autres reliques de saint Blaise. Dans le procès-verbal de translation, il mentionne les marques de l’incendie, toujours visibles sur certains pavés de la nef. Se souvenir pour mieux restaurer.

Les exemples de Windsor en 1992, de la Fenice en 1996, ou plus récemment du musée de Rio en 2018 rappellent douloureusement la fragilité du patrimoine et des traces du passé. Les pertes cristallisent alors le souvenir, intensifiant les mémoires. L’incendie de Notre-Dame fut ainsi un moment de redéfinition des priorités : les reliques, trésors patrimoniaux, furent ainsi rapidement sauvées. Ironie du sort, au moment même de sa destruction éventuelle ou au moins de sa partielle destruction, le patrimoine prit le pas sur le politique, qui se tut l’espace d’une nuit.