Cœur de rockeur – Les reliques de Johnny

Un article du Figaro.fr relate un fait divers en lien avec les reliques et l’actualité la plus récente. Un mystérieux inconnu essaie de vendre une photographie de la dépouille de la Rockstar. Ce cliché s’ajoute à une longue liste d’objets convoités par les fans du chanteur : mégots de cigarette, livret de ses obsèques, etc. L’être et l’avoir, nous sommes ici au cœur de la définition de la relique, ce que l’article du Figaro ne manque pas de relever dans un parallèle historique sur lequel je reviendrai :

« Un phénomène qui évoque […] le trafic des reliques chrétiennes durant le haut Moyen-Âge, où des tonnes de pseudo-fragments de la croix du Christ se vendaient au plus offrant. »

La mobilisation de ce lieu commun du trafic des reliques m’a surpris, puisqu’elle révèle un certain dédain, voire mépris, à la fois pour ceux qui révèrent les restes de Johnny aussi pour ceux qui participent à la production et circulation de ces objets. C’est ici la figure du membre du clergé avide de gains qui profitent de la naïve croyance (pour ne pas dire superstition) d’un peuple de fidèle qui ne demanderait qu’à glisser vers l’idolâtrie. Ce topos est très présent dans les différents recueils de contes de la fin de la période médiévale : Chaucer, Boccace, Philippe de Vigneulles.

Retour sur le trafic des reliques

L’auteur de l’article fait référence au haut Moyen-Âge comme paroxysme du trafic des reliques. Si cette affirmation est critiquable, cette période constitue le moment de création de la vénération des reliques des saints autour des IVe et Ve siècle, dont la naissance a été étudié par Peter Brown. Dans la plupart des cas, il s’agit de translation de saints locaux depuis leur tombe originelle vers une église à des fins de cultes. Il faut attendre la période carolingienne pour qu’une première grande vague de reliques parviennent dans les églises de la France actuelle, la plupart du temps en provenance d’Italie, et même parfois des autres rives de la Méditerranée. Cette époque est marquée par des arrivées de corps saints triomphale, au terme de péripéties trépidantes, étudiées par Patrick J. Geary. C’est au IXe siècle que les Vénitiens volent en Egypte le corps de saint Marc à Alexandrie pour en faire un des principaux saints protecteurs de leur cité.

Le deuxième temps fort des circulations correspond au moment des croisades et à l’importance du pèlerinage à Jérusalem. Les croisés et pèlerins ramènent alors en Occident de nombreuses reliques de saints d’Orient et de la Terre Sainte. Ce sont ces corps saints qui sont à l’origine notamment de la Sainte-Chapelle de Paris, fondée par Louis IX, accueillant notamment une parcelle majeure de la Vraie-Croix.

Ces deux cycles de circulation ont pour conséquence une progressive prise en charge administrative des reliques par les autorités ecclésiastiques. Les arrivées successives complexifient la gestion des trésors des églises. Peu à peu, à partir de l’époque carolingienne, les clercs rédigent des documents permettant d’identifier les reliques présentes. Les mêmes autorités ecclésiastiques, d’abord épiscopales puis pontificales élaborent progressivement un corpus canonique réglant les échanges de reliques ainsi que leurs manipulations. Peu à peu sont affirmés des principes fondamentaux : en tant qu’objets sacrés, les corps saints ne peuvent être vendus ; seuls des clercs sont habilités à les manipuler ; ils doivent être accompagné d’une documentation qui permet leur identification et leur authentification.

De la multiplicité à l’idolâtrie : regards modernes et contemporains

Si la référence au haut Moyen-Âge dans l’article n’est donc pas la plus pertinente, la tonalité même du journaliste s’inscrit elle dans la lignée des critiques des réformateurs protestants du XVIe siècle. L’hyperbole « des tonnes de pseudo-fragments de la croix du Christ » n’est pas sans rappeler le procédé de Jean Calvin dans son Traité des reliques, publié pour la première fois en 1543. Le réformateur dénonce alors pas simplement la prolifération d’une même relique, mais l’ensemble du système dévotionnel du culte des saints et de la Vierge, qu’il associe à une action diabolique. Le Diable, pour détourner les fidèles de la vraie foi, aurait introduit la dévotion aux saints et à leurs restes. Sa conclusion est sans nuance. Le problème n’est pas d’effectuer un tri entre les vraies et les fausses reliques mais de dénoncer des pratiques qui relèvent pour le théologien genevois de l’idolâtrie. Pour Calvin, cette tendance à adorer des objets ou les dépouilles d’individus décédés est inhérentes à la nature humaine. Il faut donc une épuration radicale pour combattre l’idolâtrie ainsi qu’une discipline spirituelle.

Les critiques formulés par les réformateurs protestants rejoignent à cette époque le débat sur les images religieuses. En effet, au XVIe siècle, les théologiens protestants les plus radicaux associent idolâtrie et images, soulignant que les fidèles pensent que les icônes possèdent une puissance intrinsèque. Les penseurs catholiques répliquent en mettant en avant l’intention du fidèle : ce n’est pas le support qui est vénéré, mais la figure qui est représenté. Comme le souligne Ralph Dekoninck, ce débat transforme la conception de l’idolâtrie :

« Un tel déplacement d’une définition par l’objet vers une définition par l’usage est conçu pour désamorcer la critique protestante qui se place précisément sur ce terrain des pratiques. »

L’argumentaire catholique vise à signifier la validité du cadre dogmatique : les fidèles qui s’adonnent à des pratiques jugées superstitieuses ou idolâtres ne respectent pas le cadre théologique indiqué par l’Église. Le même procédé est utilisé pour les reliques. Le décret tridentin consacré aux reliques et images des saints en 1561 réaffirme qu’à travers le saint, c’est bien Dieu qui est vénéré, et non pas l’objet en lui-même. La posture de l’article du Figaro semble donc directement issue de ce débat, s’inscrivant dans ce que le sociologue Bruno Latour a nommé le « cercle de la croyance », caractéristique de l’affirmation d’une certaine modernité : « Est moderne celui qui croit que les autres croient ». Ces quelques réflexions permettent de mieux comprendre la référence au haut Moyen-Âge. Dans notre monde contemporain qui affirme sans cesse ses fondements supposés rationnels, l’attrait pour les restes du chanteur apparait comme une forme d’idolâtrie ou de fétichisme dont on croit qu’ils sont réservés à des sociétés anciennes ou hâtivement qualifiées de primitives.

L’irrationalité des fans de Johnny n’existe pas en elle-même. Elle est le résultat d’une croyance qui permet une mise à distance souvent ironique ou sarcastique, comme le souligne toujours Bruno Latour :

« Pour se moquer à la fois de nos folles croyances et de celles des autres, nos ancêtres à la pensée libre nous ont légué le persiflage dont Voltaire, après d’autres, a su fixer le ton. Mais, pour se moquer ainsi de tous les cultes, pour renverser toutes les idoles, il fallait croire à la raison, seule force capable de faire justice de toutes ces folies. »

Johnny, Véronique et le deuil

Au final, l’attrait des fans pour des objets ayant été en contact avec Johnny Halliday apparait comme relativement banal dans notre société contemporaine. On ne compte plus les ventes aux enchères d’objets ayant appartenus à des figures littéraires, artistiques ou encore politiques. En novembre 2016, Christie’s vendait à Paris le pistolet avec lequel Verlaine avait tiré sur Rimbaud, pour la modeste somme de 434 500 euros. Le titre du recueil d’article du médiéviste Jean-Claude Schmitt, publié en 1983, Les saints et les stars, prend tout son sens aujourd’hui. L’attrait pour les objets des morts n’est donc pas nouveau ni lié uniquement au religieux. Il concerne un processus intéressant de transformation d’un objet usuel, fonctionnel, en un objet quasiment sacré. Le mégot, par exemple, passe du statut de détritus à celui de véritable relique parce qu’il a été en contact avec la bouche et les doigts du chanteur. Dans le cas de Johnny Halliday, je ne pense pas que ce contact fondateur soit à l’origine de vertus miraculeuses recherchées par les fans. C’est, il me semble, la dimension mémorielle qui est ici la plus importante. Cette quête s’inscrit dès lors dans un travail de souvenir et de deuil. Comme le souligne Pierre Fédida dans un très beau livre intitulé L’absence, les objets associés aux morts articulent savoir et croyance. La relique recueillie souligne un principe de réalité : le mort est bel et bien disparu et il ne reviendra pas. Mais sa matérialité permet la croyance que quelque chose demeure par-delà le décès :

« C’est ainsi qu’un objet ayant appartenu en propre au défunt et, comme tel, ayant participé en de ses actes familiers ne « peut » être jeté : conservé par les survivants qui lui étaient liés, il instaure pour eux une autre perception ; à condition qu’il se mette hors d’usage commun et qu’il perde tout utilité, il se maintient et s’immobilise dans la position d’objet d’un culte privé. »

La photographie de la dépouille est le dernier point sur lequel je voudrais revenir. Le lien entre photographie et reliques apparait à partir du XIXe siècle. La pellicule devient progressivement un autre moyen matériel de garder des souvenirs vivants des morts. Surtout, le procédé même du tirage permet sa multiplication à l’infini. Mais dans ce cas précis, il ne s’agit pas de la photo de Johnny Halliday vivant, mais de sa dépouille. Il s’agit donc d’une image d’une relique, qui n’est pas sans rappeler des reliques spécifiques : celles des images authentiques du Christ, comme le Suaire de Turin ou la Véronique qui fonctionnent de la même manière que la photographie (sainte Véronique est la patronne des photographes). En effet, ces deux reliques-images auraient été le résultat de l’impression du visage du Christ sur un linge, que ce soit au moment de sa montée au Golgotha dans le cas de la Véronique ou lors de sa mise au tombeau. Le Suaire de Turin contient en négatif l’image du visage du Christ. La photographie de la dépouille de Johnny Halliday fonctionne sur le même mode. Elle rend image ce moment fatidique du basculement du corps en relique. L’individu n’est plus, mais son souvenir est encore incarné. L’image-contact est encore possible. Après, elle sera souvenir.

Illustration « Saint Johnny », Justine Guyard, © 2017.

Quelques éléments bibliographiques

Philippe Boutry, Pierre-Antoine Fabre et Dominique Julia (dir.), Reliques modernes, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009, 2 vol.

Ralph Dekoninck, « La force en puissance des images. Les Visual Studies au regard de la théorie chrétienne de l’image, XVIe-XVIIe siècles », dans Gil Bartholeyns (éd.), Politiques visuelles, Paris, Presses du Réel, 2016, p. 275-293.

Pierre Fédida, L’absence, Paris, France, Gallimard, 2005.

Patrick J. Geary, Le vol des reliques au Moyen âge : furta sacra, Paris, Aubier, 1993.

Bruno Latour, Sur le culte moderne des dieux faitiches suivi de Iconoclash, Paris, La Découverte, 2009.

Krzysztof Pomian, Des saintes reliques à l’art moderne : Venise-Chicago, XIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 2003.