Des Reliques et des villes

L’objectif de ce carnet est de montrer l’évolution d’un travail de thèse ayant pour objet les reliques dans différentes espaces urbains à l’époque moderne. Les problématiques sont multiples : réalités matérielles, conflictuelles, politiques, patrimoniales, sur un temps relativement long. Les nombreuses crises autour des reliques ont renforcé sa charge polémique, induisant des destructions, des inventions, des redistributions, qui témoignent d’une constante évolution d’un paysage sacré urbain, accompagnant le développement de la ville moderne. Cette recherche interroge également l’ambiguïté d’un objet, qui oscille entre le sacré et un objet de plus en plus identitaire, patrimonial, qui attire les touristes urbains de plus en plus nombreux au XVIIIe siècles. Enfin, la relique pose, à l’époque moderne, le complexe débat de la superstition, entre normalisation romaine, nécessité d’une recharge sacrale, attachement de populations pour des objets contestés par des élites cléricales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.