L’invitation au voyage (2)

Après l’expédition, le retour.

La récolte fut bonne, j’ai pu consulter plus d’une centaine de cotes en deux journées, grâce à l’aide, à l’efficacité très précieuse du personnel des archives départementales de Moselle, dans un cadre des plus agréables.

ADMo

J’ai multiplié frénétiquement les photographies.

A mon retour, plusieurs tâches.

Tout d’abord, j’essaie de tenir à jour une liste des documents d’archives consultés, en mettant en place notamment un système de mot-clé qui me permettront de m’y retrouver rapidement, lors de la rédaction de communications, articles, ou de la thèse en elle-même.

Liste archives excel

Puis je dépouille mes documents, armé de deux écrans. C’est un moment tour à tour exaltant et fastidieux. La « substantifique moelle » de mon travail d’historien se niche dans ces documents, matière première indispensable. La difficulté est de s’organiser de manière la plus efficace possible, en anticipant sur les besoins futurs. Chaque cote fait donc l’objet d’une fiche systématique, où je mentionne toutes les caractéristiques du document, que ce soit lors de sa production ou lors de ma consultation, ce que j’y cherche, ce que j’y ai trouvé, avec la date de rédaction. J’essaie d’être le plus exhaustif possible, afin de ne pas avoir à me replonger plusieurs fois dans un même document. Je retranscris donc ce que je juge indispensable, mais j’essaie aussi de repérer ce qui à cet instant me parait annexe, mais qui pourrait éventuellement…

Parfois, ce travail se résume à une transcription totale du document, parfois, il s’apparente davantage à une prise de note des principaux éléments. Parfois, la page reste vide.

Afficionados des tableaux, j’en profite à la fin de chaque document dépouillé pour compléter quelques cases. Je recense par exemple toutes les reliques d’une même ville, suivant divers critères. Ces recensements systématiques donnent lieu à une base de donnée qui me permet notamment de géolocaliser mes reliques, et donc ensuite de les cartographier, comme j’en ai parlé ici.

Tableau liste des reliques de Metz

A côté de mes deux ordinateurs, mes disques durs, j’utilise sagement mon « cahier de thèse », dont je finis actuellement le tome 1. L’écriture manuelle me donne l’impression d’un recul, et le changement de support permet d’écrire d’autres informations, que j’espère plus réflexives.

Tout cela bien rangé dans de nombreux dossiers et sous-dossiers.

Nouveau départ pour un énième voyage, à travers les lignes.

L’invitation au voyage (1)

 

Aujourd’hui, en ce mois de mai printanier, jour de départ. J’entame la fin de mon modeste tour des archives, complétant ainsi les quatre points cardinaux : à l’Est, Lyon, au Sud, Toulouse, à l’Ouest, Rouen, et donc désormais au Nord, Metz.

Cette quatrième ville parfait ainsi le quadrilatère des grandes villes du Royaume de France à l’époque moderne, derrière Paris.

Metz est donc la dernière ville que je visite, car il s’agit bien d’une visite. L’objectif premier est la récolte d’archives. Au programme donc, razzia photographique aux archives départementales, municipales, et au fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Metz si j’ai le temps.

Des objectifs donc, qui permettront de m’occuper quelques semaines, par un dépouillement patient et parfois fastidieux. Mais des objectifs qui se préparent, au gré des outils disponibles ou non.

Le cas de Metz est un peu contraignant. Les séries G et H qui m’intéressent principalement ont été classées dans les années 1920, ne donnant pas encore lieu à une numérisation. Le moteur de recherche par notices existant sur le site internet des archives départementales de la Moselle n’inclut pas non plus ces séries.

Il y aura donc une surprise de la découverte, un frémissement en parcourant les antiques inventaires, qui participent largement au « goût de l’archive ».

Préparation également bibliographique qui constitue également un premier voyage, inscrit dans les livres.

Ne connaissant pas du tout Metz, j’ai lu des histoires de la ville de Metz[1] et de la Lorraine[2], puis j’ai avancé vers l’histoire religieuse à l’échelle régionale[3] ou plus locale[4], récente ou plus ancienne[5]. Il a fallu repérer les sanctuaires, les hauts lieux du religieux, noter les évènements de l’histoire locale, les prêches de Guillaume Farel, le rattachement au Royaume de France, Bossuet en ville, les épisodes de la Révolution française. Puis il a fallu prendre en compte l’espace messin, localiser les sanctuaires, comprendre leur place dans la ville, leur rayonnement.

Mais tout ce travail ne prendra sens qu’après 17h, en sortant des archives. Je pourrai alors arpenter la ville, mettre des images sur la cathédrale, les abbatiales, les rues des processions. Images certes d’un temps présent, mais aussi d’un temps vécu.

[1] François-Yves Le Moigne (ed.), Histoire de Metz, Toulouse, France, Privat, impr. 1986, 1986, 448 p.

[2] Michel Parisse (ed.), Histoire de la Lorraine, Toulouse, France, Privat, impr. 1977, 1977, 496; 32 p.

[3] Centre d’études et de recherches prémontrées, Les Prémontrés et la Lorraine: XIIe et XVIIIe siècle, Paris, France, Bauchesne, 1998, xi+324 p.

[4] Musées de la Cour d’or (ed.), Le chemin des reliques: témoignages précieux et ordinaires de la vie religieuse à Metz au Moyen âge, Metz, France, Musées de la Cour d’or : Éd. Serpenoise, 2000, 192 p.

[5] G. Bourgeat et Jean Nicolas Dorvaux, Atlas Historique du Diocèse de Metz, Montigny, France, 1907.

La comparaison – premières pistes de recherche

Une des caractéristiques de ma thèse est une approche centrée sur plusieurs villes : Lyon, Toulouse, Rouen et Metz.

Au moment de l’élaboration du projet de thèse, il avait fallu définir un ensemble de ville à étudier, et surtout le justifier. Pour cela, j’avais esquissé un premier bilan historiographique de la religion dans la ville à l’époque moderne.

Comme l’a récemment écrit Denis Bocquet, « la religion constitue assurément un des horizons les plus prometteurs de l’histoire urbaine aujourd’hui. »[1] La tradition historiographique a souvent privilégié une approche monographique, autour d’une thématique précise. De nombreux exemples pourraient être ici cités comme les travaux d’Alain Lottin sur Lille[2], de Jean-Michel Sallmann sur Naples[3], Thierry Amalou sur Senlis[4]. Un autre cadre spatial beaucoup utilisé par les historiens du religieux fut le diocèse, souvent justifié par la cohérence administrative qui permettait souvent une approche sur le temps long. Les travaux d’Anne Bonzon sur le diocèse de Beauvais[5], de Marc Venard sur celui d’Avignon[6], de Dominique Dinet sur celui d’Auxerre[7], de Robert Sauzet sur le diocèse de Nîmes[8] sont autant de recherches ayant pour cadre un diocèse en particulier, et sur la ville siège de l’évêché en particulier.

Les réflexions sur le lien entre l’espace et le fait religieux n’ont que peu concerné l’histoire urbaine. Cependant, depuis quelques années, une approche dépassant le simple espace local ou régional a fait son apparition. Les travaux de Stefano Simiz sur les confréries urbaines[9] ou ceux de Gaël Rideau sur les processions dans son mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches ont défini des ensembles de villes à étudier, souvent inscrites dans le même contexte régional. Si Stefano Simiz se concentre sur l’espace lorrain et champenois, Gaël Rideau, lui, a étudié les processions dans les villes de la Loire. A chaque fois, l’idée était de sortir de la monographie, en affirmant le caractère spécifiquement urbain d’un phénomène étudié. L’approche monographique, en effet, contient toujours le risque d’une surestimation du facteur local, et tend à particulariser des objets par le simple choix d’un cadre spatial restreint.

L’un des intérêts des travaux de Gaël Rideau et Stefano Simiz est une prise en compte particulière de l’espace, au-delà du simple arrière-plan. L’espace est pleinement considéré comme un facteur important du fait religieux étudié, justifiant pleinement l’expression religion urbaine.

Ainsi, le choix de quatre villes s’inscrit dans cette dynamique. Il rend possible une évaluation des dynamismes locaux, mis en perspective par le cadre plus large de la comparaison. Il permet également d’insister sur des articulations d’échelles entre la ville, le royaume de France et la Chrétienté, en situant les espaces urbains étudiés au sein de ses ensembles plus grands. Enfin, il apporte une perspective dynamique à la recherche, en insistant sur les circulations entre ces différents pôles religieux.

Reste le plus difficile : la justification du choix. Lyon, Toulouse, Metz et Rouen présentent de nombreuses caractéristiques communes à l’époque moderne : elles appartiennent aux grandes villes du royaume de France sur le plan démographique, elles possèdent les mêmes caractéristiques économiques, politiques et religieuses. Surtout, elles permettent de couvrir quatre espaces différents du royaume de France.

Néanmoins, le choix garde toujours un certain aspect empirique, fondé sur la présence d’archives, la maîtrise des espaces choisis par le doctorant et son directeur, l’accessibilité relative des villes etc… Stefano Simiz revendique la subjectivité de ces choix. D’autres remarques tout aussi pertinentes peuvent interroger ce choix. Lors de la présentation de mes recherches à un atelier doctoral en novembre 2014 à la Casa de Velazquez, il avait été soulevé l’intérêt d’effectuer des comparaisons entre des espaces urbains très différents. Autant de choix, autant de solutions et de justification, qui tous sous-tendent un rapport entre l’espace et le religieux au cœur du projet de recherche.

[1] BOCQUET (D.) « Histoire urbaine et religion : rites, foi, territoires et politique (Rome capitale 1870-1922) », in DUMONS (B.) et HOURS (B.), Ville et religion en Europe, du XVIe au XXe siècle, Grenoble, PUG, coll. La Pierre et l’écrit, 2010, pp. 65-84.

[2] Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Villeneuve d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, 2013, 2013, 538 p.

[3] Jean-Michel Sallmann, Naples et ses saints à l’âge baroque: 1540-1750, Paris, France, Presses universitaires de France, 1994, 423; 8 p.

[4] Thierry Amalou, Une concorde urbaine: Senlis au temps des réformes, vers 1520-vers 1580, Limoges, France, PULIM, 2007, 437 p.

[5] Anne Bonzon, L’esprit de clocher: prêtres et paroisses dans le Diocèse de Beauvais, 1535-1650, Paris, France, les Éd. du Cerf, 1999, 527 p.

[6] Marc Venard , Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle, Paris, France, les Éd. du Cerf, 1993, 1993, 1280 p.

[7] Dominique Dinet, « Une déchristianisation provinciale au XVIIIe siècle : le diocèse d’Auxerre », Histoire, économie et société, 1991, vol. 10, no 4, p. 467‑489.

[8] Robert Sauzet et Alphonse Dupront, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIème siècle: le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694, Lille, Villeneuve d’Ascq, France, Service de reproduction des thèses de l’Université de Lille III, 1978, vol. 2/, xlvi+859 p.

[9] Stefano Simiz et Louis Châtellier, Confréries urbaines et dévotion en Champagne: 1450-1830, Villeneuve-d’Ascq (Nord), France, Presses universitaires du Septentrion, 2002, 402 p.