Images de la ville – Penser la rupture de 1562.

 

Parmi mes lectures qui jalonnent mon début de thèse, quelques noms reviennent régulièrement pour la vie religieuse du XVIe siècle : Alphonse Dupront, Natalie Zemon Davis, Denis Crouzet.

Trois générations d’historiens, trois influences historiographiques marquées, enfin, trois écritures de l’histoire affirmées.

Dans les trois cas, le temps, l’espace et le symbole sont omniprésents dans une pensée historique qui se veut dynamique.

Ces trois auteurs ont enfin réfléchi, chacun à sa manière, sur la question de l’irruption des Réformes dans la Chrétienté du XVIe siècle, sortant des schémas d’une historiographie classique qui ne les intéressait guère.

Avec leur aide, il m’a paru pertinent de comprendre l’impact de ces Réformes sur l’espace que constitue la ville, à la fois sur le temps très court de l’année 1562, qui vit le parti protestant s’emparer de nombreuses villes du royaume de France, mais également sur un temps plus long.

Dans le monde des signes eschatologiques, la ville apparaissait comme un territoire dense, témoin d’une élection ou au contraire du règne de l’Antéchrist.

Colette Beaune avait montré, pour le XVe siècle, la place centrale des reliques dans la constitution du royaume de France comme une terre chrétienne, plus que tout autre dans la chrétienté médiévale[1]. Les espaces urbains étaient le réceptacle d’une densité particulière de lieux et d’objets sacrés, preuves matérielles d’une élection, mais aussi d’une histoire sacrée, depuis les premiers temps de l’Eglise primitive.

Toute une organisation sacrale rythmait la ville, dans son rapport au temps et à l’espace.

Natalie Zemon Davis a notamment montré, dans le cas de Lyon, l’emprise spatiale complexe du catholicisme au XVIe siècle, dans son rapport à l’environnement, aux frontières du territoire de la cité, à travers l’exemple des processions. Certaines, comme celles des Rogations, avaient pour objectifs de rallier les confins que constituaient l’Ile-Barbe, Saint-Pierre de Vaise, au reste de la ville, dans un mouvement inclusif, d’autres avaient pour but de rassembler symboliquement une ville séparée par la Saône, enfin, d’autres encore  marquaient la hiérarchie du corps social, à la fois rassemblé mais inégal dans ses structures[2]. Temps et espaces sacrés denses, contractés, inégaux.

Luther, Calvin et d’autres, apportèrent une nouvelle vision de la ville, non plus la Civitas Dei, lieu d’élection vers la sainteté, mais nouvelle Babylone, lieu de la corruption des hommes, de l’idolâtrie la plus détestable[3]. La ville, qui grouillait des reliques moquées par Calvin dans son Traité des reliques, devait dès lors être purifiée de toute hérésie. Denis Crouzet a insisté sur cette prégnance de la nouvelle Babylone à détruire dans l’imaginaire réformé, à la veille des Guerres de Religion[4].

Et l’inespéré advint. Rouen tomba dans les mains du camp réformé le 15 avril 1562, Lyon subit l’assaut des troupes du Baron des Adrets le 1er mai de la même année. C’était l’occasion de transformer les villes conquises à l’image de la nouvelle Jérusalem, la Genève de Calvin. L’espace urbain, dans son rapport au sacré, fut repensé, uniformisé, sans hiérarchie entre lieux sacrés et lieux profanes. La purification de l’espace urbain se fit de manière méthodique. Le 3 mai 1562, l’ensemble des églises de la ville de Rouen fut pillé. Plusieurs récits locaux racontèrent la vague iconoclaste qui toucha la ville[5]. Les croix et les images furent détruites en premier, puis, les Protestants brûlèrent les objets en bois, tapisseries, livres religieux. Le 8 juillet, l’inventaire des joyaux et autres richesses des trésors des églises de Rouen fut terminé. Les autorités protestantes, devant la ville réunie, jetèrent au feu les reliques de saint Romain.

A Lyon, lors des combats qui rythmèrent la prise de la ville, plusieurs édifices religieux furent attaqués, partiellement détruits, voire rasés. La primatiale fut durement touchée, alors que Saint-Just et Saint-Irénée n’étaient plus.

La ville devint le lieu d’un affrontement confessionnel, marqué par l’appropriation (ou la destruction) de l’espace urbain, du temps et de l’espace de la cité. D’autres gestes symboliques marquèrent une rupture plus symbolique. La destruction des reliques de saint Romain signifia le rejet du patronage pluriséculaire du premier évêque de Rouen. Cette filiation, pilier de l’identité urbaine, était désormais rejetée, superstition parmi d’autres. La cité, en tant qu’entité civique, se trouvait détaché de son protecteur, unique lien entre la ville et le Royaume des Cieux.

Comment comprendre et analyser ce moment que constitua, en 1562, la prise des villes par les troupes huguenotes ?

Ces évènements suscitent plusieurs points problématiques. Le premier est très bien formulé par Denis Crouzet :

«  Après la longue durée d’une prolifération toujours plus envahissante et accumulatrice des corps saints, les violences réformées ordonnèrent, du fait d’une volonté d’éradication souvent systématique, un phénomène difficilement évaluable de réduction, de contraction ou de réorganisation de l’espace sacral du royaume, conditionnant des disparitions, des réinventions ou des secondarisations de lieux sacrés, des transformations des fonctions, des recentrements »[6].

 

C’est donc tout l’espace sacré de la ville qui est à repenser, dans ses transformations, disparitions, translations, à travers des processus de désacralisation et de recharge sacrale.

Le deuxième point renvoie à la construction moderne de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles. La perte (ou la simple menace) d’objets, de référents communs a amené les autorités municipales à repenser et à proposer de nouvelles formes d’identité urbaine, à travers l’invention ou le réemploi de ressources sacrées, tout en intégrant dans la mémoire collective la furtive présence huguenote dans la ville.

Demeurent des questions. Quelles influences de ces évènements, sur le temps court et long ? Quelles nouvelles images de la ville ? Quels imaginaires ? Enfin, quels héritages ?

[1] Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, pp. 208-214.

[2] Natalie Zemon Davis, « The Sacred and the Body Social in Sixteenth-Century Lyon », Past & Present, 1 février 1981, no 90, p. 40‑70.

[3] Voir par exemple Louis Des Masures, Babylone ou la ruine de la grande cité et du regne tyrannique de la grande Paillarde Babylonienne, s.l.S.N., 1563.

[4] Denis Crouzet, Dieu en ses royaumes: une histoire des guerres de religion, Seyssel, France, Champ Vallon, 2008.

[5] Deux chroniques de Rouen, éd. par A. Héron, Rouen, A. Lestringant, 1900 ; « Journal d’un bourgeois de Rouen mentionnant quelques évènements arrivés dans cette ville depuis l’an 1545 jusqu’à l’an 1564 », éd. par A. Pottier, RRN, 1, 1837, pp. 3-12 ; « Relation des troubles excités par les calvinistes dans la ville de Rouen, depuis l’an 1537 jusqu’en l’an 1582, écrite par un témoin oculaire », éd. par A. Pottier, RRN, 7, 1837, p. 1-54 ;

[6] Denis Crouzet, Op. Cit., p. 196.

L’ombre d’Alphonse Dupront

Il est des figures tutélaires qui survivent à travers leur œuvre dans l’historiographie française. L’aura d’Alphonse Dupront (1905-1990) va bien au-delà de la simple influence. Sa méthode de recherche, ses hypothèses, son écriture en font un historien difficilement classable dans l’université française, fascinant autant ses contemporains que les historiens qui lui succédèrent. En témoigne la récente publication de Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront[1], qui interroge autant le parcours de l’homme que sa production intellectuelle.

Traversant le XXe siècle, Alphonse Dupront participa aux grands débats épistémologiques, faisant entrer les conceptions phénoménologiques et existentialistes de l’évènement dans le champ de la recherche. On lui doit également nombre d’expressions, dont certaines demeurent encore mystérieuses. Celle de « recharge sacrale »[2]  fa été particulièrement reprise par de nombreux historiens du religieux. L’article rédigé pour l’enquête collective du Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne (CARE)[3] en est un exemple, mettant en scène les reliques.. Etudiant la diffusion des corps saints des catacombes à partir de 1578, ces historiens ont montré la volonté d’une Eglise romaine de resacraliser des espaces qui avaient été profanés, notamment lors des Guerres de Religion puis de la Révolution Française. L’idée d’une recharge implique à la fois celle inhérente d’une décharge voire même d’une perte de sacralité, qui devient une donnée quantifiable, matérialisée par la présence d’une ou plusieurs reliques, de statues miraculeuses. L’expression de « recharge sacrale » contient également l’idée d’une puissance latente (termes éminemment duproniens) d’objets fondant le territoire circonscrit du sacré. Expression féconde, qui a pu permettre le développement d’analyses autour du sacré et de son expression durant ces trente dernières années.

Cependant, l’idée d’une sacralité presque essentialisée, à activer ou réactiver, risque de couper l’objet relique du champ relationnel dans lequel il s’inscrit et à nier les capacités d’action d’individus ou groupes qui n’apparaissent qu’en filigrane dans les sources.. L’envoi depuis Rome de nouvelles reliques, standardisées par des normes de présentation, d’envoi et d’authentification, s’il témoigne d’une volonté romaine de resacralisation, ne devait son succès qu’à des conditions favorables de réception. Les exemples de Lyon et de Toulouse, au XVIIe siècle, témoignent des nuances à apporter à l’idée d’une « recharge sacrale ». En effet, dans une analyse spatiale fine, les lieux d’accueil des corps saints des catacombes furentsouvent les couvents des ordres dits de la Contre-Réforme, fondés à cette même période, qui n’avaient donc pas connu les destructions huguenotes. Les lieux profanés comme les couvents des Célestins, des Jacobins, des Cordeliers les églises Saint-Just, Saint-Irénée à Lyon ou le couvent des Franciscains de Toulouse ne reçurent point de nouvelles reliques. La recharge sacrale s’accompagna donc de l’apparition de nouveaux lieux sacrés, dans un contexte de densification du religieux dans la ville. Et parfois même, au contraire, la recharge sacrale se traduisit non pas par l’apparition de nouveaux matériaux sacrés, mais par le développement de mémoires de la perte, que ce soit à travers des processions expiatoires comme à Toulouse[4] ou la rédaction d’histoires locales à Lyon[5].

Au-delà de ces nuances locales et , l’œuvre d’Alphonse Dupront reste une source incontournable dans l’élaboration de cadres conceptuels en histoire religieuse.


[1] Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront, Paris, Editions de l’EHESS, 2014.

[2] Alphonse Dupront, Du sacré: croisades et pèlerinages, Paris, France, Gallimard, 1987.

[3] Stéphane Baciocchi, Philippe Boutry, Christophe Duhamelle, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Julia, « La distribution des corps saints des catacombes à l’époque moderne, de Rome aux Nations » in Jean-Paul Zuniga (dir.), Les pratiques du transnational, terrain, preuves, limites, Paris, Bibliothèque de Recherches Historiques, 2011.

[4] Pierre-Jean Souriac, « Guerres religieuses, histoire et expiation : autour de l’émeute toulousaine de mai 1562 », Chrétiens et sociétés. XVIe-XXIe siècles, 3 décembre 2013, no 20, p. 31‑62.

[5] Voir par exemple LA MURE (J.-M.), Histoire ecclesiastique du diocese de Lyon, traitee par la suite chronologique des vies des reverendissimes Archveques comtes de Lyon, et primats de France ; avec les plus memorables antiquites de la tres-Illustre Eglise Cathedrale, de toutes les Collegiales, Abbayes et Prieurés : Etablie sur titres d’archives, actes monumens publics, et autres preuves authentiques : enrichie du Catalogue general des Benefices dudit Diocese, par Messire Jean Marie de La Mure, Pretre, Docteur en Theologie, Conseiller, Aumônier du Roy, Sacristain et Chanoine de l’Eglise Collegiale de nôtre Dame de Montbrison, à Lyon, chez Marcelin Gautherin, ruë Confort, à la Justice, devant l’Hôtel Dieu, M.DC. LXXXI, avec Approbation et Privilege du Roy, in-8 ; RUBYS (Claude) (de), Histoire véritable de la ville de Lyon, à Lyon, par Bonaventure Nugo, 1604. ; SAINT-AUBIN (J. de), Histoire ecclesiastique de la ville de Lyon, ancienne et moderne, par le R. P. Jean de Saint-Aubin de la Compagnie de Jésus, à Lyon, chez Benoist Coral, en ruë Merciere à l’Enseigne de la Victoire, avec privilege et permission, M.DC.LXVI, in-fol.