La comparaison – premières pistes de recherche

Une des caractéristiques de ma thèse est une approche centrée sur plusieurs villes : Lyon, Toulouse, Rouen et Metz.

Au moment de l’élaboration du projet de thèse, il avait fallu définir un ensemble de ville à étudier, et surtout le justifier. Pour cela, j’avais esquissé un premier bilan historiographique de la religion dans la ville à l’époque moderne.

Comme l’a récemment écrit Denis Bocquet, « la religion constitue assurément un des horizons les plus prometteurs de l’histoire urbaine aujourd’hui. »[1] La tradition historiographique a souvent privilégié une approche monographique, autour d’une thématique précise. De nombreux exemples pourraient être ici cités comme les travaux d’Alain Lottin sur Lille[2], de Jean-Michel Sallmann sur Naples[3], Thierry Amalou sur Senlis[4]. Un autre cadre spatial beaucoup utilisé par les historiens du religieux fut le diocèse, souvent justifié par la cohérence administrative qui permettait souvent une approche sur le temps long. Les travaux d’Anne Bonzon sur le diocèse de Beauvais[5], de Marc Venard sur celui d’Avignon[6], de Dominique Dinet sur celui d’Auxerre[7], de Robert Sauzet sur le diocèse de Nîmes[8] sont autant de recherches ayant pour cadre un diocèse en particulier, et sur la ville siège de l’évêché en particulier.

Les réflexions sur le lien entre l’espace et le fait religieux n’ont que peu concerné l’histoire urbaine. Cependant, depuis quelques années, une approche dépassant le simple espace local ou régional a fait son apparition. Les travaux de Stefano Simiz sur les confréries urbaines[9] ou ceux de Gaël Rideau sur les processions dans son mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches ont défini des ensembles de villes à étudier, souvent inscrites dans le même contexte régional. Si Stefano Simiz se concentre sur l’espace lorrain et champenois, Gaël Rideau, lui, a étudié les processions dans les villes de la Loire. A chaque fois, l’idée était de sortir de la monographie, en affirmant le caractère spécifiquement urbain d’un phénomène étudié. L’approche monographique, en effet, contient toujours le risque d’une surestimation du facteur local, et tend à particulariser des objets par le simple choix d’un cadre spatial restreint.

L’un des intérêts des travaux de Gaël Rideau et Stefano Simiz est une prise en compte particulière de l’espace, au-delà du simple arrière-plan. L’espace est pleinement considéré comme un facteur important du fait religieux étudié, justifiant pleinement l’expression religion urbaine.

Ainsi, le choix de quatre villes s’inscrit dans cette dynamique. Il rend possible une évaluation des dynamismes locaux, mis en perspective par le cadre plus large de la comparaison. Il permet également d’insister sur des articulations d’échelles entre la ville, le royaume de France et la Chrétienté, en situant les espaces urbains étudiés au sein de ses ensembles plus grands. Enfin, il apporte une perspective dynamique à la recherche, en insistant sur les circulations entre ces différents pôles religieux.

Reste le plus difficile : la justification du choix. Lyon, Toulouse, Metz et Rouen présentent de nombreuses caractéristiques communes à l’époque moderne : elles appartiennent aux grandes villes du royaume de France sur le plan démographique, elles possèdent les mêmes caractéristiques économiques, politiques et religieuses. Surtout, elles permettent de couvrir quatre espaces différents du royaume de France.

Néanmoins, le choix garde toujours un certain aspect empirique, fondé sur la présence d’archives, la maîtrise des espaces choisis par le doctorant et son directeur, l’accessibilité relative des villes etc… Stefano Simiz revendique la subjectivité de ces choix. D’autres remarques tout aussi pertinentes peuvent interroger ce choix. Lors de la présentation de mes recherches à un atelier doctoral en novembre 2014 à la Casa de Velazquez, il avait été soulevé l’intérêt d’effectuer des comparaisons entre des espaces urbains très différents. Autant de choix, autant de solutions et de justification, qui tous sous-tendent un rapport entre l’espace et le religieux au cœur du projet de recherche.

[1] BOCQUET (D.) « Histoire urbaine et religion : rites, foi, territoires et politique (Rome capitale 1870-1922) », in DUMONS (B.) et HOURS (B.), Ville et religion en Europe, du XVIe au XXe siècle, Grenoble, PUG, coll. La Pierre et l’écrit, 2010, pp. 65-84.

[2] Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Villeneuve d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, 2013, 2013, 538 p.

[3] Jean-Michel Sallmann, Naples et ses saints à l’âge baroque: 1540-1750, Paris, France, Presses universitaires de France, 1994, 423; 8 p.

[4] Thierry Amalou, Une concorde urbaine: Senlis au temps des réformes, vers 1520-vers 1580, Limoges, France, PULIM, 2007, 437 p.

[5] Anne Bonzon, L’esprit de clocher: prêtres et paroisses dans le Diocèse de Beauvais, 1535-1650, Paris, France, les Éd. du Cerf, 1999, 527 p.

[6] Marc Venard , Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle, Paris, France, les Éd. du Cerf, 1993, 1993, 1280 p.

[7] Dominique Dinet, « Une déchristianisation provinciale au XVIIIe siècle : le diocèse d’Auxerre », Histoire, économie et société, 1991, vol. 10, no 4, p. 467‑489.

[8] Robert Sauzet et Alphonse Dupront, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIème siècle: le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694, Lille, Villeneuve d’Ascq, France, Service de reproduction des thèses de l’Université de Lille III, 1978, vol. 2/, xlvi+859 p.

[9] Stefano Simiz et Louis Châtellier, Confréries urbaines et dévotion en Champagne: 1450-1830, Villeneuve-d’Ascq (Nord), France, Presses universitaires du Septentrion, 2002, 402 p.

Du pouvoir de l’émotion – un bilan historiographique.

Le moment que constitue un début de thèse est un exercice de situation, dans un espace et un temps de la recherche, avec des choix et des prises de position. La conscience d’une inscription dans une historiographie s’installe au gré des lectures et des rencontres. L’atelier doctoral international qui s’est tenu à la Casa de Velázquez de Madrid du 19 au 22 novembre 2014[1], autour du thème « sainteté et politique à l’époque moderne », m’a permis de parvenir à formuler quelques réflexions sur un état actuel de la recherche en ce domaine.

Les reliques ont été principalement étudiées pour la période médiévale, et de manière assez tardive dans l’histoire religieuse. L’ouvrage pionner de Patrick J. Geary sur le vol des reliques au Moyen Age[2] marqua un moment important, avec une entrée très politique, et la mise en avant de sources littéraires et hagiographiques. Dans la lignée de ces premiers travaux, on retrouve toute une historiographie qui mis progressivement en avant l’ancrage territorial des reliques et les stratégiques d’élites politiques et religieuses afin d’affirmer un pouvoir. La question du droit[3], de l’ancrage spatial dans la ville médiévale[4] ou d’une « politique des reliques »[5] visant à affirmer un pouvoir politique.

Ces nombreuses études ont largement insisté sur le rôle des reliques dans la constitution de communautés urbaines, territoriales, en mettant en avant la place de la sacralité de l’objet relique dans des discours et actes politiques, ce que l’on pourrait appeler un objet de pouvoir.

Cette tradition historiographique s’est donc avant tout attachée à comprendre et à étudier les reliques comme une représentation de pouvoirs alliant étroitement politique et religion.

On observe depuis le début des années 2000 un retournement paradigmatique, intégrant des données et méthodes de l’anthropologie du religieux et des émotions. Dans la lignée des deux grandes enquêtes menées par le Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne (CARE) sur les reliques modernes[6] puis sur les reliques des corps saints des catacombes[7], les questions de la réception et du pouvoir de l’objet relique sont de plus en plus mises en avant. La diffusion massive à l’époque moderne de reliques romaines dans l’ensemble de la catholicité ne correspondait pas seulement à un affrontement théologique contre les différentes réformes. Elle s’inscrivait dans le cadre de la réforme du concile de Trente, et dans la tentative romaine de contrôler le contenu des cultes locaux et des objets qui leur étaient liés. Plus généralement, les cérémonies d’élévation, d’invention, de translation des reliques, au même titre que les processions, les fêtes de l’époque moderne, sont de plus en plus étudiées non pas seulement comme la représentation d’un pouvoir, mais comme le « pouvoir d’une représentation », pour reprendre une expression employée par Annick Delfosse dans ce même atelier.

Ainsi, les cérémonies touchant aux reliques peuvent être analysée comme une fabrique, un moment de vécu collectif, à travers la construction de dispositifs émotionnels, fondés sur la vue, l’ouïe, l’odorat et l’éphémère. Les récits, manuscrits ou imprimés, de telles célébrations, peuvent permettent alors d’entrevoir le pouvoir des reliques dans la sphère collective, au-delà d’une construction signifiée qui perd en vitalité dévotionnelle et en spontanéité.

La tenue de cet atelier doctoral international, dans l’exaltation d’un moment, a pu permettre la confrontation et le dialogue entre des historiographies nationales, mais aussi la comparaison, l’échange. Avancée collective dans l’automne madrilène, portée par le cadre de la Casa de Velazquez.


[1] Organisé par Axelle Guillausseau (CPGE Lycée Michelet de Vanves/Centre Roland Mousnier – Université Paris 4 Sorbonne) et Cécile Vincent-Cassy (Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité / Pléiade).

[2] Patrick J. Geary, Le vol des reliques au Moyen âge: furta sacra, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, France, Aubier, 1993, 256 p.

[3] Nicole Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints: formation coutumière d’un droit, Paris, France, Klincksieck, 1975, 1975, 446 p.

[4] André Vauchez, Pecia (Saint-Denis), ISSN 1761-4961. Reliques et sainteté́ dans l’espace médiéval, Saint-Denis, France, Pecia, 2006, 656 p.

[5] Edina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis: protection collective et légitimation du pouvoir, Paris, France, Beauchesne, 2007, 315 p.

[6] Philippe Boutry, Pierre Antoine Fabre et Dominique Julia (eds.), Reliques modernes: cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Paris, France, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009, 2 vol.

[7] A paraitre.