L’invitation au voyage (2)

Après l’expédition, le retour.

La récolte fut bonne, j’ai pu consulter plus d’une centaine de cotes en deux journées, grâce à l’aide, à l’efficacité très précieuse du personnel des archives départementales de Moselle, dans un cadre des plus agréables.

ADMo

J’ai multiplié frénétiquement les photographies.

A mon retour, plusieurs tâches.

Tout d’abord, j’essaie de tenir à jour une liste des documents d’archives consultés, en mettant en place notamment un système de mot-clé qui me permettront de m’y retrouver rapidement, lors de la rédaction de communications, articles, ou de la thèse en elle-même.

Liste archives excel

Puis je dépouille mes documents, armé de deux écrans. C’est un moment tour à tour exaltant et fastidieux. La « substantifique moelle » de mon travail d’historien se niche dans ces documents, matière première indispensable. La difficulté est de s’organiser de manière la plus efficace possible, en anticipant sur les besoins futurs. Chaque cote fait donc l’objet d’une fiche systématique, où je mentionne toutes les caractéristiques du document, que ce soit lors de sa production ou lors de ma consultation, ce que j’y cherche, ce que j’y ai trouvé, avec la date de rédaction. J’essaie d’être le plus exhaustif possible, afin de ne pas avoir à me replonger plusieurs fois dans un même document. Je retranscris donc ce que je juge indispensable, mais j’essaie aussi de repérer ce qui à cet instant me parait annexe, mais qui pourrait éventuellement…

Parfois, ce travail se résume à une transcription totale du document, parfois, il s’apparente davantage à une prise de note des principaux éléments. Parfois, la page reste vide.

Afficionados des tableaux, j’en profite à la fin de chaque document dépouillé pour compléter quelques cases. Je recense par exemple toutes les reliques d’une même ville, suivant divers critères. Ces recensements systématiques donnent lieu à une base de donnée qui me permet notamment de géolocaliser mes reliques, et donc ensuite de les cartographier, comme j’en ai parlé ici.

Tableau liste des reliques de Metz

A côté de mes deux ordinateurs, mes disques durs, j’utilise sagement mon « cahier de thèse », dont je finis actuellement le tome 1. L’écriture manuelle me donne l’impression d’un recul, et le changement de support permet d’écrire d’autres informations, que j’espère plus réflexives.

Tout cela bien rangé dans de nombreux dossiers et sous-dossiers.

Nouveau départ pour un énième voyage, à travers les lignes.

L’invitation au voyage (1)

 

Aujourd’hui, en ce mois de mai printanier, jour de départ. J’entame la fin de mon modeste tour des archives, complétant ainsi les quatre points cardinaux : à l’Est, Lyon, au Sud, Toulouse, à l’Ouest, Rouen, et donc désormais au Nord, Metz.

Cette quatrième ville parfait ainsi le quadrilatère des grandes villes du Royaume de France à l’époque moderne, derrière Paris.

Metz est donc la dernière ville que je visite, car il s’agit bien d’une visite. L’objectif premier est la récolte d’archives. Au programme donc, razzia photographique aux archives départementales, municipales, et au fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Metz si j’ai le temps.

Des objectifs donc, qui permettront de m’occuper quelques semaines, par un dépouillement patient et parfois fastidieux. Mais des objectifs qui se préparent, au gré des outils disponibles ou non.

Le cas de Metz est un peu contraignant. Les séries G et H qui m’intéressent principalement ont été classées dans les années 1920, ne donnant pas encore lieu à une numérisation. Le moteur de recherche par notices existant sur le site internet des archives départementales de la Moselle n’inclut pas non plus ces séries.

Il y aura donc une surprise de la découverte, un frémissement en parcourant les antiques inventaires, qui participent largement au « goût de l’archive ».

Préparation également bibliographique qui constitue également un premier voyage, inscrit dans les livres.

Ne connaissant pas du tout Metz, j’ai lu des histoires de la ville de Metz[1] et de la Lorraine[2], puis j’ai avancé vers l’histoire religieuse à l’échelle régionale[3] ou plus locale[4], récente ou plus ancienne[5]. Il a fallu repérer les sanctuaires, les hauts lieux du religieux, noter les évènements de l’histoire locale, les prêches de Guillaume Farel, le rattachement au Royaume de France, Bossuet en ville, les épisodes de la Révolution française. Puis il a fallu prendre en compte l’espace messin, localiser les sanctuaires, comprendre leur place dans la ville, leur rayonnement.

Mais tout ce travail ne prendra sens qu’après 17h, en sortant des archives. Je pourrai alors arpenter la ville, mettre des images sur la cathédrale, les abbatiales, les rues des processions. Images certes d’un temps présent, mais aussi d’un temps vécu.

[1] François-Yves Le Moigne (ed.), Histoire de Metz, Toulouse, France, Privat, impr. 1986, 1986, 448 p.

[2] Michel Parisse (ed.), Histoire de la Lorraine, Toulouse, France, Privat, impr. 1977, 1977, 496; 32 p.

[3] Centre d’études et de recherches prémontrées, Les Prémontrés et la Lorraine: XIIe et XVIIIe siècle, Paris, France, Bauchesne, 1998, xi+324 p.

[4] Musées de la Cour d’or (ed.), Le chemin des reliques: témoignages précieux et ordinaires de la vie religieuse à Metz au Moyen âge, Metz, France, Musées de la Cour d’or : Éd. Serpenoise, 2000, 192 p.

[5] G. Bourgeat et Jean Nicolas Dorvaux, Atlas Historique du Diocèse de Metz, Montigny, France, 1907.

De l’inventaire à l’histoire (1)

            Une des premières tâches de mon sujet de recherche est de connaitre, identifier, parfois dans une exhaustivité quantitative, les objets reliques. Une des sources principales pour mener à bien un tel projet est les inventaires des trésors, ornements, très fréquents à l’époque moderne, que ce soit pour une chapelle, une église, une ville.

C’est une tradition ancienne que de comptabiliser les trésors d’un édifice, qui remonte pour les villes étudiées à l’époque carolingienne. En 872, Riculphe, archevêque de Rouen, visite les reliques de saint Ouen. Le document existe toujours, conservé aux Archives départementales de la Seine-Maritime.

Extrait de la Charte de Riculphe, ADSM, 14H156; 872.
Extrait de la Charte de Riculphe, ADSM, 14H156, 872.

Pourquoi un tel document ? La charte mentionne aussi les reliques Nicaise, Quirin, Scuvicule et Piente. Ce trésor sacré est mis en sûreté à Gasny, pour le protéger des incessants raids normands.

Un autre inventaire médiéval de reliques, plus tardif, fait apparaître d’autres problématiques. Il s’agit du catalogue des reliques de l’église Saint-Just de Lyon, rédigé en 1240.

Catalogues des reliques de Saint-Just de Lyon, 1240. ADR, 12G129.
Catalogue des reliques de Saint-Just de Lyon, 1240. ADR, 12G129.

Cette fois-ci, nulle menace extérieure, mais une rivalité à l’intérieur de la ville. Les chapitres de Saint-Just et de Saint-Irénée se disputent la possession des reliques du deuxième évêque de Lyon, Père de l’Eglise. Ce différent sera tranché en 1410 en faveur de l’église de Saint-Irénée. Mais avant ce jugement, le chapitre de Saint-Just produit ce catalogue enluminé, pour signifier à la fois l’importance de son trésor, mais aussi son ancienneté, fondamentale dans la hiérarchie des églises et chapitres lyonnais. Ce catalogue prend une forme narrative particulière. Les reliques sont présentées au fil d’une histoire. La première mentionnée est celle de saint Polycarpe, disciple de saint Jean, qui permet de relier directement l’Eglise de Lyon au temps premier du christianisme. Puis la chronologie se fait lyonnaise : les reliques de saint Irénée, saint Just, puis les martyrs Epipoy et Alexandre. Le catalogue se termine par d’autres reliques, tout aussi fameuses, mais qui renvoient à la Chrétienté universelle : celle de saint Barthélemy, saint Thomas, saint Etienne, saint Jules, saint Blaise, et des saints Macchabés.

Ce document au format important était destiné à être affiché dans l’église aux yeux de tous.

Ces deux documents, s’ils livrent des précieuses informations sur la présence de reliques à l’époque médiévale, appellent également à considérer les inventaires comme un objet historique en lui-même.

Les inventaires apparaissent comme une production écrite à recontextualiser, servant des objectifs à des périodes particulières, notamment autour de la notion de conflit. Le XVIe siècle est riche en exemple.

A Saint-Sernin de Toulouse, le début du XVIe siècle vit d’importants conflits entre l’abbé, les chanoines et une confrérie, autour de la possession des corps saints[1]. Sanctuaire réceptacle de nombreuses reliques, Saint-Sernin attisait la convoitise des grands nobles et prélats de la Chrétienté. Les clés des corps saints devaient être réparties entre toutes les autorités qui gravitaient autour du trésor, afin que celui-ci ne soit spolié. Ainsi, en 1510, le procureur du roi, les autorités municipales et la Confrérie des Corps-Saints réclamèrent un inventaire des reliques détenues par les chanoines de l’église. Celui-ci révéla des graves manquements à l’entretien des châsses et la perte de plusieurs joyaux. Les chanoines perdirent, au profit du parlement, les clés du corps saints.

Quelques années plus tard, en 1522, les religieux de Saint-Sernin demandèrent la sécularisation de l’abbaye de Saint-Sernin. Ce fut l’occasion pour la confrérie des Corps-Saints, à travers un nouvel inventaire en 1524, de mettre la main sur tous le trésor. Il fut établi un certain nombre de manquement à l’entretien, et le changement de la garde fut symbolisé par le transport de toutes les reliques de la sacristie à la crypte.

Inventaire des reliques de sacristie des Chanoines de Saint-Sernin en 1524, Ssin Sac 9.
Inventaire des reliques de sacristie des Chanoines de Saint-Sernin en 1524, Ssin Sac 9.

Après quelques protestations de rigueur, les chanoines acceptèrent de céder tous leurs droits sur les reliques à la Confrérie. En retour, cette dernière, en lien avec le Parlement de Toulouse, aida les chanoines à obtenir leur sécularisation auprès de Clément VII.

Cet exemple toulousain, dans le contexte particulier à Saint-Sernin, invite à ne pas considérer les inventaires comme une liste objective, mais bien comme un document historique, répondant à des besoins précis, s’inscrivant ici comme une péripétie dans un conflit.

Les Guerres de religions furent un autre moment fort des inventaires des trésors et reliques. Lors de la prise de ville, les autorités huguenotes mirent en place, quand elles en eurent le temps et l’occasion, un système d’inventaire des biens des églises. A Lyon, cette tâche échut à Guillaume Gazeau qui effectua celui des Jacobins et de Notre-Dame de la Platière, ou à Henri  de Gabiano pour les Carmes.

Inventaire du trésor de la Platière, 1562. ADR, 2H35
Inventaire du trésor de la Platière par Guillaume Gazeau, 1562. ADR, 2H35

Ces inventaires s’attachent davantage aux reliquaires qu’aux reliques en elles-mêmes. Ainsi, pour les Jacobins, Guillaume Gazeau mentionne la somme de 150 marcs obtenues après la fonte des reliquaires.

Aux inventaires huguenots répondirent immédiatement après les inventaires de vérifications catholiques, aux objectifs doubles. Il s’agissait en premier lieu de connaitre l’état des destructions, et de resacraliser ce qui avait pu être profané. Les reliques reviennent au centre des documents, et des récits complètent les descriptions ,racontant autant les destructions que les opérations de sauvetage. Par exemple, un inventaire de 1562 effectué pour la sacristie de la cathédrale Notre-Dame de Rouen est précédé par « les mises faites par moi Jean de Quintanadoynes, chanoine de Rouen, pour la conservation des reliques, chappes et ornements et joyaux dedans la sacristie de Notre-Dame de Rouen ».
Inventaire par les catholiques de Notre-Dame de Rouen, 1562, ADSM, G 3666.
Inventaire par les catholiques de Notre-Dame de Rouen, 1562, ADSM, G 3666.
La source que constituent les inventaires de reliques au XVIe siècles invite s’interroger sur le document en lui-même, à travers les modalités de sa rédaction, les choix et objectifs des auteurs, mais également sa publicité éventuelle. Le traitement des données s’en trouve alors enrichi, au-delà du simple décompte quantitatif.
L’activité de recension par l’inventaire, au XVIe siècle témoigne d’une volonté de contrôle d’un objet sacré, qui se trouve ainsi placé au centre de conflits internes aux institutions ecclésiales mais aussi confessionnels. Elle permet également à l’historien de replacer les actes de dévotion mais aussi de violence, dans des logiques juridiques, comptables ou encore théologiques, bien loin d’une image biaisée d’une exaltation religieuse irréfléchie.

[1] Sur ce sujet, l’ouvrage de référence est : Pascal Julien, D’ors et de prières: art et dévotions à Saint-Sernin de Toulouse, Aix-en-Provence, France, Publ. de l’Université de Provence, 2004, 427 p.

Les archives, le sacré, la relique.

Il est parfois des expériences d’archives qui tranchent avec l’habitude. Dans le cadre de ma thèse, j’ai commencé à visiter un certain nombre d’archives départementales et municipales, à Lyon, Toulouse, Rouen, des fonds patrimoniaux de bibliothèques comme celui de la bibliothèque municipale de Lyon ou de Toulouse. Le lieu comporte à chaque fois ses petites règles, ses petites spécificités, mais, au gré des cartes de lecteurs qui s’accumulent, s’installe une routine.

Fin novembre, j’ai eu l’opportunité, grâce à l’archiviste diocésain de Toulouse le Père Jean-François Galinier-Palerolla, d’accéder à un trésor archivistique, celui de la basilique de Saint-Sernin à Toulouse.

Saint-Sernin hypothèse
La basilique Saint-Sernin un matin d’Automne

Principalement pour des raisons historiques liées à la volonté d’une exceptionnalité de cette église, les archives du chapitre de Saint-Sernin de Toulouse n’ont pas été versées dans la série G des archives départementales de la Haute-Garonne à la Révolution Française ou tout au long du XIXe siècle. Ces documents ont continué à être conservés dans la basilique même, placés sous le contrôle théorique du Musée Saint-Raymond voisin. Ces archives avaient été néanmoins triées et classées par les archives départementales au cours des années 1990, et le fond avait été largement microfilmé. Ces microfilms sont disponibles aux archives départementales, mais ne sont guère satisfaisants pour le chercheur, à cause d’une qualité moyenne.

Le Père Galinier m’a donc permis d’accéder à ce fond jusque là inédit dans le monde de la recherche universitaire. Le rendez-vous était fixé fin novembre, devant la basilique. Une des première spécificités était le lieu, non pas des archives, mais un lieu de culte, fréquenté au quotidien par les fidèles et les nombreux touristes. Après avoir récupéré les clés auprès du sacristain, nous prîmes une porte dérobée qui donnait sur un escalier en colimaçon. Au première étage, au-dessus de la sacristie, se trouve deux salles des archives, fermées, à la température plus que fraîche. De grandes armoires contiennent l’impressionnant fond de Saint-Sernin. Les délibérations capitulaires, les documents précieux sont très complets depuis le XIIe siècle. La période moderne se voit enrichie des archives de la confrérie des Corps Saints. Le fond du XIXe siècle comprend toutes les archives de la fabrique, les agendas des différends curés… De quoi faire travailler des étudiants et des chercheurs pendant quelques années.

20141127_150714
Une armoire à archives à Saint-Sernin

Ca et là traînent au sol des tableaux reliquaires, sans doute du XIXe siècle :

Un tableau reliquaire à Saint-Sernin
Un tableau reliquaire à Saint-Sernin

J’ai donc passé deux jours caché dans la basilique de Saint-Sernin, à photographier mes archives des Corps-Saints, dans un espace de travail très différent des habituelles salles de lecture des archives publiques, avec le son des cloches tous les quarts d’heure.

Mon bureau à Saint-Sernin
Mon bureau à Saint-Sernin

J’ai eu aussi la chance, grâce au Père Galinier, d’avoir une petite visite des Corps-Saints de Toulouse, et notamment de voir et d’avoir un contact avec mon objet d’étude, les reliques. Au centre de la basilique se trouve, sous un baldaquin, l’inatteignable tombeau de l’évêque fondateur, Saturnin, autour, dans le déambulatoire, des autels et petites chapelles contiennent une grande partie des nombreuses reliques conservées dans l’église. Généralement, des panneaux en bois peint, du XVIIe siècle, renferment des reliquaires.

Chapelle contenant les reliques de sainte Suzanne de Babylone - XVIIe siècle.
Chapelle contenant les reliques de sainte Suzanne de Babylone – XVIIe siècle.

Sous l’œil curieux et amusé des touristes, nous avons ouvert quelques-uns de ces panneaux, et trouvé des reliquaires, souvent du XIXe siècle, d’un style naïf certain, comme celui de saint Cyr et de sa mère sainte Julitte martyrs :

Buste reliquaire de saint Cyr et sainte Julitte - XIXe siècle.
Buste reliquaire de saint Cyr et sainte Julitte – XIXe siècle.

Je fus autorisé à ouvrir un de ses reliquaires : celui qui contenait la pierre qui a servi à la lapidation de saint Etienne, présent dans les inventaires de Saint-Sernin depuis le XIIIe siècle :

Pierre de la lapidation de saint Etienne. Saint-Sernin
Pierre de la lapidation de saint Etienne. Saint-Sernin

Expérience de recherche, logé dans un clocher, entouré de reliques. La frontière entre l’archive, le patrimoine, la relique et le sacré se troublant sans cesse. Pendant que je menais à bien un travail de recherche, des fidèles déambulaient, priaient autour de ces Corps-Saints, les sacristains préparaient la très proche fête de la Saint-Saturnin et la procession aux reliques, maniant les objets sacrés avec respect, ferveur et précaution. Et moi, je prenais des photographies de l’ensemble durant deux jours, dans une basilique, à Toulouse.