» Quand les religieux partent en sucette « . Les reliques en version Top 10.

Ne nous voilons pas la face, les reliques ne sont pas (plus ?) le centre d’intérêt favoris des Français (ni dans beaucoup d’autres pays d’ailleurs). Même si des proches, des amis, la famille, des gens polis et bien-attentionnés abordent parfois ce sujet pourtant fameux de discussion. Néanmoins, le constat doit être froid et lucide : les reliques n’intéressent guère. Faut-il se plaindre d’une telle situation ? Là n’est pas là question. Pourtant, le bilan n’est pas des plus favorables. Si l’on se fie au sondage publié par l’Ifop  le 2 février 2015, les reliques n’apparaissent pas dans les priorités des Français. De manière quelque peu saugrenue, des thèmes comme la lutte contre le chômage, l’éducation ou encore la réduction de la dette publique semblent davantage intéresser nos concitoyens que les reliques. Là encore, il ne faut pas se mentir : si l’Ifop ne publie les 12 premières préoccupations des Français, nos restes saints n’ont que peu de chances de se trouver à la 13ème place.

Cependant, dans l’horizon médiatique qui est le nôtre, l’éclair vint du côté de Topito. Ce site au final peu stimulant intellectuellement propose à ses (nombreux) visiteurs de nombreux « Top » sur des sujets divers et variés. Ainsi, le 17 août, on pouvait lire le « Top 9 des lettres d’insulte les plus célèbres de l’Histoire » ou encore le « Top 10 des signes que ce mariage ne va pas durer ». Au milieu de ces sujets honorables est apparu le 10 août dernier le « Top 10 des reliques étranges voire carrément flippantes, quand les religieux partent en sucette » (lien ici).

Premier constat, le titre quelque peu racoleur. Je ne sais pas quelle image apparait quand le lecteur lambda lit « les religieux partent en sucette » mais, dans tous les cas, le thème est fécond.

Cet article reste néanmoins sérieux et pédagogique, s’ouvrant sur une explication étymologique avant le déroulé à suspens du fameux top 10.

La force de l’article est son œcuménisme : reliques chrétiennes (majoritaires), musulmanes, bouddhistes. Toutes les grandes religions sont concernées, dans un remarquable politiquement correct.

Néanmoins, l’ambiance est à l’humour, voire au cynisme. La plupart des reliques sont moquées, ainsi que l’incrédulité de ceux qui y croirait encore. L’auteur de l’article surfe donc sur la vague d’un (post) modernisme qui fait fi de la superstition, à travers le rire. Ainsi, les trop nombreux suaires, le lait de la vierge, la dent de Bouddha, quelques prépuces du Christ sont de curieux vestiges d’un monde archaïque. Rire des reliques apparait comme un rire consensuel, à l’efficacité prouvée.

Cet article, au ton léger (certains diraient vulgaire), révèle un glissement acté depuis longtemps, qui a progressivement fait des reliques une réalité de moins en moins compréhensible pour la grande majorité de populations sécularisées. Le processus semble démarrer au XVIIIe siècle, où la littérature dite « touristique » mentionne davantage les curiosités que les reliques et vases sacrés. Il y a un glissement perceptible au siècle des Lumières, où l’on passe d’une information religieuse à une autre plus ludique. Le regard change tout comme les motivations des détours dans les églises. Un long XXe siècle a accéléré et conclut se mouvement, Vatican II entérinant la fin des cultes très locaux de reliques aux origines plus ou moins douteuses. Seuls quelques grands centres, dans le cas du christianisme, mettent en avant des reliques, attirant encore des pèlerins.

On retrouve dans l’article de Topito ce glissement : au-delà de se moquer de l’incrédulité et de la superstition (technique déjà utilisée par Calvin en son temps), c’est bien le morbide qui attire le grand public. « Faîtes de beaux rêves » conclue le commentaire sur le crâne de Catherine de Sienne. Le corps mort, les restes, ont quasiment disparu des images de notre temps, loin des danses macabres qui furent peintes par les plus grands artistes européens du XIVe au XVIe siècle.

Au final, l’article de Topito soulève donc de nombreuses questions autour des reliques. Quels sens aujourd’hui ? Quelles perceptions ? Et il témoigne d’un intérêt autre, relègant les reliques dans le domaine de l’étrange, qui dérange, mais donc attire.

Le sondage de l’Ifop 2016 confortera-t-il ces analyses ?

Où l’on parle de vacances, de reliques, d’Ouzbékistan et de Daniel…

L’été, malgré la thèse, permet une coupure salutaire. Après l’appel au voyage et ses péripéties, un autre voyage m’emmena courant juillet en Ouzbékistan. Lors d’une étape à Samarkand, avec mes fidèles compagnons de voyages, nous décidâmes le soir venu de nous éloigner du Registan et de la ville russe pour nous diriger à pieds vers les hauteurs et la ville antique. L’objectif premier était l’observatoire astronomique d’Ulugh Beg et son sextant géant du XVe siècle.

Samarkand

Puis nous nous dirigeâmes vers la vallée du Syab. Là se trouvait un site religieux, le mausolée du prophète Daniel. Le site n’est pas anondin, une vallée un peu encaissée, bordée de talus clairsemés de grottes, dans lesquelles vivaient des ermites. Le lieu, rénové il y a peu, ne garde plus de trace de sa construction originelle du XVe siècle, lorsque le terrible Tamerlan ramena le corps de du prophète dans sa capitale, jusque-là conservé à Suse.

De nombreux pèlerins musulmans défilaient devant la tombe du saint, laissant une menue offrande puis récitant avec un imam du lieu une prière, avant de repartir.

Le tombeau de Daniel est monumental : près de trente mètre de long. La légende raconte que son corps grandit de plusieurs centimètres tous les ans.

20150723_191042

Autour, de nombreuses sépultures, plus ou moins anciennes, rappelant l’importance de la proximité avec le corps du saint.

Les reliques de l’Ancien Testament sont rares. En effet, peu de prophètes ont une sépulture définie.

Les premiers pèlerins et Croisés ramenèrent pourtant de Terre Sainte quelques reliques notables, comme des ossements des Macchabées, ou encore des pierres de lieux emblématiques des récits bibliques.

Aux confins des steppes d’Asie Centrale, à Samarkand, carrefour plurimillénaire commercial mais aussi religieux, le Patriarche de Moscou Alexis vint se recueillir en 1996. Lieu donc œcuménique, où Juifs, Chrétiens et Musulmans prient un même personnage.