L’invitation au voyage (1)

 

Aujourd’hui, en ce mois de mai printanier, jour de départ. J’entame la fin de mon modeste tour des archives, complétant ainsi les quatre points cardinaux : à l’Est, Lyon, au Sud, Toulouse, à l’Ouest, Rouen, et donc désormais au Nord, Metz.

Cette quatrième ville parfait ainsi le quadrilatère des grandes villes du Royaume de France à l’époque moderne, derrière Paris.

Metz est donc la dernière ville que je visite, car il s’agit bien d’une visite. L’objectif premier est la récolte d’archives. Au programme donc, razzia photographique aux archives départementales, municipales, et au fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Metz si j’ai le temps.

Des objectifs donc, qui permettront de m’occuper quelques semaines, par un dépouillement patient et parfois fastidieux. Mais des objectifs qui se préparent, au gré des outils disponibles ou non.

Le cas de Metz est un peu contraignant. Les séries G et H qui m’intéressent principalement ont été classées dans les années 1920, ne donnant pas encore lieu à une numérisation. Le moteur de recherche par notices existant sur le site internet des archives départementales de la Moselle n’inclut pas non plus ces séries.

Il y aura donc une surprise de la découverte, un frémissement en parcourant les antiques inventaires, qui participent largement au « goût de l’archive ».

Préparation également bibliographique qui constitue également un premier voyage, inscrit dans les livres.

Ne connaissant pas du tout Metz, j’ai lu des histoires de la ville de Metz[1] et de la Lorraine[2], puis j’ai avancé vers l’histoire religieuse à l’échelle régionale[3] ou plus locale[4], récente ou plus ancienne[5]. Il a fallu repérer les sanctuaires, les hauts lieux du religieux, noter les évènements de l’histoire locale, les prêches de Guillaume Farel, le rattachement au Royaume de France, Bossuet en ville, les épisodes de la Révolution française. Puis il a fallu prendre en compte l’espace messin, localiser les sanctuaires, comprendre leur place dans la ville, leur rayonnement.

Mais tout ce travail ne prendra sens qu’après 17h, en sortant des archives. Je pourrai alors arpenter la ville, mettre des images sur la cathédrale, les abbatiales, les rues des processions. Images certes d’un temps présent, mais aussi d’un temps vécu.

[1] François-Yves Le Moigne (ed.), Histoire de Metz, Toulouse, France, Privat, impr. 1986, 1986, 448 p.

[2] Michel Parisse (ed.), Histoire de la Lorraine, Toulouse, France, Privat, impr. 1977, 1977, 496; 32 p.

[3] Centre d’études et de recherches prémontrées, Les Prémontrés et la Lorraine: XIIe et XVIIIe siècle, Paris, France, Bauchesne, 1998, xi+324 p.

[4] Musées de la Cour d’or (ed.), Le chemin des reliques: témoignages précieux et ordinaires de la vie religieuse à Metz au Moyen âge, Metz, France, Musées de la Cour d’or : Éd. Serpenoise, 2000, 192 p.

[5] G. Bourgeat et Jean Nicolas Dorvaux, Atlas Historique du Diocèse de Metz, Montigny, France, 1907.

Images de la ville – Penser la rupture de 1562.

 

Parmi mes lectures qui jalonnent mon début de thèse, quelques noms reviennent régulièrement pour la vie religieuse du XVIe siècle : Alphonse Dupront, Natalie Zemon Davis, Denis Crouzet.

Trois générations d’historiens, trois influences historiographiques marquées, enfin, trois écritures de l’histoire affirmées.

Dans les trois cas, le temps, l’espace et le symbole sont omniprésents dans une pensée historique qui se veut dynamique.

Ces trois auteurs ont enfin réfléchi, chacun à sa manière, sur la question de l’irruption des Réformes dans la Chrétienté du XVIe siècle, sortant des schémas d’une historiographie classique qui ne les intéressait guère.

Avec leur aide, il m’a paru pertinent de comprendre l’impact de ces Réformes sur l’espace que constitue la ville, à la fois sur le temps très court de l’année 1562, qui vit le parti protestant s’emparer de nombreuses villes du royaume de France, mais également sur un temps plus long.

Dans le monde des signes eschatologiques, la ville apparaissait comme un territoire dense, témoin d’une élection ou au contraire du règne de l’Antéchrist.

Colette Beaune avait montré, pour le XVe siècle, la place centrale des reliques dans la constitution du royaume de France comme une terre chrétienne, plus que tout autre dans la chrétienté médiévale[1]. Les espaces urbains étaient le réceptacle d’une densité particulière de lieux et d’objets sacrés, preuves matérielles d’une élection, mais aussi d’une histoire sacrée, depuis les premiers temps de l’Eglise primitive.

Toute une organisation sacrale rythmait la ville, dans son rapport au temps et à l’espace.

Natalie Zemon Davis a notamment montré, dans le cas de Lyon, l’emprise spatiale complexe du catholicisme au XVIe siècle, dans son rapport à l’environnement, aux frontières du territoire de la cité, à travers l’exemple des processions. Certaines, comme celles des Rogations, avaient pour objectifs de rallier les confins que constituaient l’Ile-Barbe, Saint-Pierre de Vaise, au reste de la ville, dans un mouvement inclusif, d’autres avaient pour but de rassembler symboliquement une ville séparée par la Saône, enfin, d’autres encore  marquaient la hiérarchie du corps social, à la fois rassemblé mais inégal dans ses structures[2]. Temps et espaces sacrés denses, contractés, inégaux.

Luther, Calvin et d’autres, apportèrent une nouvelle vision de la ville, non plus la Civitas Dei, lieu d’élection vers la sainteté, mais nouvelle Babylone, lieu de la corruption des hommes, de l’idolâtrie la plus détestable[3]. La ville, qui grouillait des reliques moquées par Calvin dans son Traité des reliques, devait dès lors être purifiée de toute hérésie. Denis Crouzet a insisté sur cette prégnance de la nouvelle Babylone à détruire dans l’imaginaire réformé, à la veille des Guerres de Religion[4].

Et l’inespéré advint. Rouen tomba dans les mains du camp réformé le 15 avril 1562, Lyon subit l’assaut des troupes du Baron des Adrets le 1er mai de la même année. C’était l’occasion de transformer les villes conquises à l’image de la nouvelle Jérusalem, la Genève de Calvin. L’espace urbain, dans son rapport au sacré, fut repensé, uniformisé, sans hiérarchie entre lieux sacrés et lieux profanes. La purification de l’espace urbain se fit de manière méthodique. Le 3 mai 1562, l’ensemble des églises de la ville de Rouen fut pillé. Plusieurs récits locaux racontèrent la vague iconoclaste qui toucha la ville[5]. Les croix et les images furent détruites en premier, puis, les Protestants brûlèrent les objets en bois, tapisseries, livres religieux. Le 8 juillet, l’inventaire des joyaux et autres richesses des trésors des églises de Rouen fut terminé. Les autorités protestantes, devant la ville réunie, jetèrent au feu les reliques de saint Romain.

A Lyon, lors des combats qui rythmèrent la prise de la ville, plusieurs édifices religieux furent attaqués, partiellement détruits, voire rasés. La primatiale fut durement touchée, alors que Saint-Just et Saint-Irénée n’étaient plus.

La ville devint le lieu d’un affrontement confessionnel, marqué par l’appropriation (ou la destruction) de l’espace urbain, du temps et de l’espace de la cité. D’autres gestes symboliques marquèrent une rupture plus symbolique. La destruction des reliques de saint Romain signifia le rejet du patronage pluriséculaire du premier évêque de Rouen. Cette filiation, pilier de l’identité urbaine, était désormais rejetée, superstition parmi d’autres. La cité, en tant qu’entité civique, se trouvait détaché de son protecteur, unique lien entre la ville et le Royaume des Cieux.

Comment comprendre et analyser ce moment que constitua, en 1562, la prise des villes par les troupes huguenotes ?

Ces évènements suscitent plusieurs points problématiques. Le premier est très bien formulé par Denis Crouzet :

«  Après la longue durée d’une prolifération toujours plus envahissante et accumulatrice des corps saints, les violences réformées ordonnèrent, du fait d’une volonté d’éradication souvent systématique, un phénomène difficilement évaluable de réduction, de contraction ou de réorganisation de l’espace sacral du royaume, conditionnant des disparitions, des réinventions ou des secondarisations de lieux sacrés, des transformations des fonctions, des recentrements »[6].

 

C’est donc tout l’espace sacré de la ville qui est à repenser, dans ses transformations, disparitions, translations, à travers des processus de désacralisation et de recharge sacrale.

Le deuxième point renvoie à la construction moderne de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles. La perte (ou la simple menace) d’objets, de référents communs a amené les autorités municipales à repenser et à proposer de nouvelles formes d’identité urbaine, à travers l’invention ou le réemploi de ressources sacrées, tout en intégrant dans la mémoire collective la furtive présence huguenote dans la ville.

Demeurent des questions. Quelles influences de ces évènements, sur le temps court et long ? Quelles nouvelles images de la ville ? Quels imaginaires ? Enfin, quels héritages ?

[1] Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, pp. 208-214.

[2] Natalie Zemon Davis, « The Sacred and the Body Social in Sixteenth-Century Lyon », Past & Present, 1 février 1981, no 90, p. 40‑70.

[3] Voir par exemple Louis Des Masures, Babylone ou la ruine de la grande cité et du regne tyrannique de la grande Paillarde Babylonienne, s.l.S.N., 1563.

[4] Denis Crouzet, Dieu en ses royaumes: une histoire des guerres de religion, Seyssel, France, Champ Vallon, 2008.

[5] Deux chroniques de Rouen, éd. par A. Héron, Rouen, A. Lestringant, 1900 ; « Journal d’un bourgeois de Rouen mentionnant quelques évènements arrivés dans cette ville depuis l’an 1545 jusqu’à l’an 1564 », éd. par A. Pottier, RRN, 1, 1837, pp. 3-12 ; « Relation des troubles excités par les calvinistes dans la ville de Rouen, depuis l’an 1537 jusqu’en l’an 1582, écrite par un témoin oculaire », éd. par A. Pottier, RRN, 7, 1837, p. 1-54 ;

[6] Denis Crouzet, Op. Cit., p. 196.