Les reliques, l’ordinateur et la carte

            Dans le cadre des activités proposées dans mon laboratoire (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, UMR 5190), j’ai pu bénéficier d’une formation animée par le pôle Histoire Numérique[1] sur les Systèmes d’Information Géographique (SIG) à travers le logiciel libre-accès QGIS.

Quel (s) rapports avec les travaux de recherches entamés dans ma thèse ? Ils sont multiples. Les reliques étudiées sont souvent rattachées à un ou plusieurs lieux, à un ou plusieurs phénomènes cartographiables.

Philippe George fit un rapide bilan de l’utilisation de bases de données autour de l’objet relique, dans une communication prononcée lors du colloque Reliques : cultes, objets, symboles, qui se tint les 4-6 septembre 1997 à Boulogne-sur-Mer[2]. Dans un article pionnier intitulé sobrement « les reliques sur ordinateurs »[3], il avait déjà appelé à la constitution de bases de données autour des « multi-reliques », à une échelle internationale. Il avait mené ce travail à l’Université de Liège, sans pour autant que celui-ci se concrétise par des publications ultérieures.

Plus récemment, le Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne (CARE) a mené et mène toujours une grande enquête sur les Corps Saints des Catacombes[4], qui a donné lieu à la constitution d’une grande base de données, ayant comme point de départ les notices d’extraction romaine, permettant de faire émerger les réseaux de diffusions de ces reliques, entre point de départ et lieux d’arrivée.

J’ai donc également commencé à constituer une base de données autour des reliques présentes dans les villes de mon projet : Lyon, Toulouse, Rouen et Metz.

Base de données reliques
Capture d’écran de la base de donnée des reliques de Lyon, Rouen, Toulouse et Metz, Nicolas Guyard, mars 2015.

Cette base de données permet de géolocaliser les reliques recensée, suivant des échelles plus ou moins précises. La précision peut se faire au niveau des villes, à l’intérieur des cités, mais également dans les sanctuaires concernés. Les analyses spatiales peuvent donc être relativement précises, quand les données le permettent.

Autre point important, la base de données (plus de 1500 entrées pour le moment) permet faciliter les recherches au sein du corpus. Il est relativement facile de faire apparaitre des reliques ou un groupe de reliques spécifiques.

La modélisation des données favorise, par exemple, l’analyse chronologique et spatiale des reliques, suivant la date de leur arrivée, leur première mention dans les archives ou les imprimées, la date des cérémonies dévotionnelles dans l’année liturgique.

Ainsi, j’ai pu, lors de la Journée d’Etude « Trop Croire », qui s’est tenue le 26 mars à Lyon, organisée par Boris Klein, le LabEx COMOD et l’ISERL, présenter une première carte lors de mon intervention intitulée « un essai de normalisation – diffusion et réception des reliques des catacombes, l’exemple de Lyon au XVIIe siècle ».

Les reliques des corps saints des catacombes à Lyon, Nicolas Guyard, mars 2015.
Les reliques des corps saints des catacombes à Lyon, Nicolas Guyard, mars 2015.

Cette carte est intéressante car elle contient de nombreux problèmes méthodologiques :

  • Quel fond de carte adopter (couche vecteur) ? J’ai choisi dans ce cadre la couche vecteur réalisée par Bernard Gauthiez[5], qui se fonde sur le cadastre napoléonien de 1824-1825. Mais ce choix est contestable, la difficulté résidant dans l’existence et la réalisation de couches vecteur pour les espaces et les périodes étudiées.
  • Comment cartographier les reliques ? Dans l’exemple ci-dessus, la relique prend la forme d’un phénomène ponctuel, qui ne rend pas compte du dynamisme des objets. Les reliques, en effet, changent d’emplacement au sein du sanctuaire, sont exposées, parfois se déplacent lors des processions, sont fragmentées et distribuées à d’autres sanctuaires etc…

Néanmoins, malgré ces problématiques, le simple fait de localiser les reliques dans les espaces urbains, suivant différents angles d’analyse, permet de prendre conscience de la réalité spatiale d’un objet, que les chercheurs ont souvent cantonné à des domaines dogmatiques ou dévotionnels.

[1] http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/pole-histoire-numerique

[2] Patrick Villiers, Université du Littoral-Côte d’Opale. Colloque international d’histoire religieuse et Université du Littoral-Côte d’Opale, Les Reliques: objets, cultes, symboles, Turnhout (Belgique), Belgique, Brepols, 1999, 336 p.

[3] Ph. George, « Les reliques sur ordinateur », Le médiéviste et l’ordinateur, Paris, 34, 1996-1997, p. 21-23.

[4] Jean-Paul Zuniga, « La distribution des corps saints des catacombes à l’époque moderne : de Rome aux nations » dans Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du Centre de recherches historiques, 2011.

[5] http://geocarrefour.revues.org/4542?lang=en

La comparaison – premières pistes de recherche

Une des caractéristiques de ma thèse est une approche centrée sur plusieurs villes : Lyon, Toulouse, Rouen et Metz.

Au moment de l’élaboration du projet de thèse, il avait fallu définir un ensemble de ville à étudier, et surtout le justifier. Pour cela, j’avais esquissé un premier bilan historiographique de la religion dans la ville à l’époque moderne.

Comme l’a récemment écrit Denis Bocquet, « la religion constitue assurément un des horizons les plus prometteurs de l’histoire urbaine aujourd’hui. »[1] La tradition historiographique a souvent privilégié une approche monographique, autour d’une thématique précise. De nombreux exemples pourraient être ici cités comme les travaux d’Alain Lottin sur Lille[2], de Jean-Michel Sallmann sur Naples[3], Thierry Amalou sur Senlis[4]. Un autre cadre spatial beaucoup utilisé par les historiens du religieux fut le diocèse, souvent justifié par la cohérence administrative qui permettait souvent une approche sur le temps long. Les travaux d’Anne Bonzon sur le diocèse de Beauvais[5], de Marc Venard sur celui d’Avignon[6], de Dominique Dinet sur celui d’Auxerre[7], de Robert Sauzet sur le diocèse de Nîmes[8] sont autant de recherches ayant pour cadre un diocèse en particulier, et sur la ville siège de l’évêché en particulier.

Les réflexions sur le lien entre l’espace et le fait religieux n’ont que peu concerné l’histoire urbaine. Cependant, depuis quelques années, une approche dépassant le simple espace local ou régional a fait son apparition. Les travaux de Stefano Simiz sur les confréries urbaines[9] ou ceux de Gaël Rideau sur les processions dans son mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches ont défini des ensembles de villes à étudier, souvent inscrites dans le même contexte régional. Si Stefano Simiz se concentre sur l’espace lorrain et champenois, Gaël Rideau, lui, a étudié les processions dans les villes de la Loire. A chaque fois, l’idée était de sortir de la monographie, en affirmant le caractère spécifiquement urbain d’un phénomène étudié. L’approche monographique, en effet, contient toujours le risque d’une surestimation du facteur local, et tend à particulariser des objets par le simple choix d’un cadre spatial restreint.

L’un des intérêts des travaux de Gaël Rideau et Stefano Simiz est une prise en compte particulière de l’espace, au-delà du simple arrière-plan. L’espace est pleinement considéré comme un facteur important du fait religieux étudié, justifiant pleinement l’expression religion urbaine.

Ainsi, le choix de quatre villes s’inscrit dans cette dynamique. Il rend possible une évaluation des dynamismes locaux, mis en perspective par le cadre plus large de la comparaison. Il permet également d’insister sur des articulations d’échelles entre la ville, le royaume de France et la Chrétienté, en situant les espaces urbains étudiés au sein de ses ensembles plus grands. Enfin, il apporte une perspective dynamique à la recherche, en insistant sur les circulations entre ces différents pôles religieux.

Reste le plus difficile : la justification du choix. Lyon, Toulouse, Metz et Rouen présentent de nombreuses caractéristiques communes à l’époque moderne : elles appartiennent aux grandes villes du royaume de France sur le plan démographique, elles possèdent les mêmes caractéristiques économiques, politiques et religieuses. Surtout, elles permettent de couvrir quatre espaces différents du royaume de France.

Néanmoins, le choix garde toujours un certain aspect empirique, fondé sur la présence d’archives, la maîtrise des espaces choisis par le doctorant et son directeur, l’accessibilité relative des villes etc… Stefano Simiz revendique la subjectivité de ces choix. D’autres remarques tout aussi pertinentes peuvent interroger ce choix. Lors de la présentation de mes recherches à un atelier doctoral en novembre 2014 à la Casa de Velazquez, il avait été soulevé l’intérêt d’effectuer des comparaisons entre des espaces urbains très différents. Autant de choix, autant de solutions et de justification, qui tous sous-tendent un rapport entre l’espace et le religieux au cœur du projet de recherche.

[1] BOCQUET (D.) « Histoire urbaine et religion : rites, foi, territoires et politique (Rome capitale 1870-1922) », in DUMONS (B.) et HOURS (B.), Ville et religion en Europe, du XVIe au XXe siècle, Grenoble, PUG, coll. La Pierre et l’écrit, 2010, pp. 65-84.

[2] Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Villeneuve d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, 2013, 2013, 538 p.

[3] Jean-Michel Sallmann, Naples et ses saints à l’âge baroque: 1540-1750, Paris, France, Presses universitaires de France, 1994, 423; 8 p.

[4] Thierry Amalou, Une concorde urbaine: Senlis au temps des réformes, vers 1520-vers 1580, Limoges, France, PULIM, 2007, 437 p.

[5] Anne Bonzon, L’esprit de clocher: prêtres et paroisses dans le Diocèse de Beauvais, 1535-1650, Paris, France, les Éd. du Cerf, 1999, 527 p.

[6] Marc Venard , Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle, Paris, France, les Éd. du Cerf, 1993, 1993, 1280 p.

[7] Dominique Dinet, « Une déchristianisation provinciale au XVIIIe siècle : le diocèse d’Auxerre », Histoire, économie et société, 1991, vol. 10, no 4, p. 467‑489.

[8] Robert Sauzet et Alphonse Dupront, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIème siècle: le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694, Lille, Villeneuve d’Ascq, France, Service de reproduction des thèses de l’Université de Lille III, 1978, vol. 2/, xlvi+859 p.

[9] Stefano Simiz et Louis Châtellier, Confréries urbaines et dévotion en Champagne: 1450-1830, Villeneuve-d’Ascq (Nord), France, Presses universitaires du Septentrion, 2002, 402 p.