De l’inventaire à l’histoire (1)

            Une des premières tâches de mon sujet de recherche est de connaitre, identifier, parfois dans une exhaustivité quantitative, les objets reliques. Une des sources principales pour mener à bien un tel projet est les inventaires des trésors, ornements, très fréquents à l’époque moderne, que ce soit pour une chapelle, une église, une ville.

C’est une tradition ancienne que de comptabiliser les trésors d’un édifice, qui remonte pour les villes étudiées à l’époque carolingienne. En 872, Riculphe, archevêque de Rouen, visite les reliques de saint Ouen. Le document existe toujours, conservé aux Archives départementales de la Seine-Maritime.

Extrait de la Charte de Riculphe, ADSM, 14H156; 872.

Extrait de la Charte de Riculphe, ADSM, 14H156, 872.

Pourquoi un tel document ? La charte mentionne aussi les reliques Nicaise, Quirin, Scuvicule et Piente. Ce trésor sacré est mis en sûreté à Gasny, pour le protéger des incessants raids normands.

Un autre inventaire médiéval de reliques, plus tardif, fait apparaître d’autres problématiques. Il s’agit du catalogue des reliques de l’église Saint-Just de Lyon, rédigé en 1240.

Catalogues des reliques de Saint-Just de Lyon, 1240. ADR, 12G129.

Catalogue des reliques de Saint-Just de Lyon, 1240. ADR, 12G129.

Cette fois-ci, nulle menace extérieure, mais une rivalité à l’intérieur de la ville. Les chapitres de Saint-Just et de Saint-Irénée se disputent la possession des reliques du deuxième évêque de Lyon, Père de l’Eglise. Ce différent sera tranché en 1410 en faveur de l’église de Saint-Irénée. Mais avant ce jugement, le chapitre de Saint-Just produit ce catalogue enluminé, pour signifier à la fois l’importance de son trésor, mais aussi son ancienneté, fondamentale dans la hiérarchie des églises et chapitres lyonnais. Ce catalogue prend une forme narrative particulière. Les reliques sont présentées au fil d’une histoire. La première mentionnée est celle de saint Polycarpe, disciple de saint Jean, qui permet de relier directement l’Eglise de Lyon au temps premier du christianisme. Puis la chronologie se fait lyonnaise : les reliques de saint Irénée, saint Just, puis les martyrs Epipoy et Alexandre. Le catalogue se termine par d’autres reliques, tout aussi fameuses, mais qui renvoient à la Chrétienté universelle : celle de saint Barthélemy, saint Thomas, saint Etienne, saint Jules, saint Blaise, et des saints Macchabés.

Ce document au format important était destiné à être affiché dans l’église aux yeux de tous.

Ces deux documents, s’ils livrent des précieuses informations sur la présence de reliques à l’époque médiévale, appellent également à considérer les inventaires comme un objet historique en lui-même.

Les inventaires apparaissent comme une production écrite à recontextualiser, servant des objectifs à des périodes particulières, notamment autour de la notion de conflit. Le XVIe siècle est riche en exemple.

A Saint-Sernin de Toulouse, le début du XVIe siècle vit d’importants conflits entre l’abbé, les chanoines et une confrérie, autour de la possession des corps saints[1]. Sanctuaire réceptacle de nombreuses reliques, Saint-Sernin attisait la convoitise des grands nobles et prélats de la Chrétienté. Les clés des corps saints devaient être réparties entre toutes les autorités qui gravitaient autour du trésor, afin que celui-ci ne soit spolié. Ainsi, en 1510, le procureur du roi, les autorités municipales et la Confrérie des Corps-Saints réclamèrent un inventaire des reliques détenues par les chanoines de l’église. Celui-ci révéla des graves manquements à l’entretien des châsses et la perte de plusieurs joyaux. Les chanoines perdirent, au profit du parlement, les clés du corps saints.

Quelques années plus tard, en 1522, les religieux de Saint-Sernin demandèrent la sécularisation de l’abbaye de Saint-Sernin. Ce fut l’occasion pour la confrérie des Corps-Saints, à travers un nouvel inventaire en 1524, de mettre la main sur tous le trésor. Il fut établi un certain nombre de manquement à l’entretien, et le changement de la garde fut symbolisé par le transport de toutes les reliques de la sacristie à la crypte.

Inventaire des reliques de sacristie des Chanoines de Saint-Sernin en 1524, Ssin Sac 9.

Inventaire des reliques de sacristie des Chanoines de Saint-Sernin en 1524, Ssin Sac 9.

Après quelques protestations de rigueur, les chanoines acceptèrent de céder tous leurs droits sur les reliques à la Confrérie. En retour, cette dernière, en lien avec le Parlement de Toulouse, aida les chanoines à obtenir leur sécularisation auprès de Clément VII.

Cet exemple toulousain, dans le contexte particulier à Saint-Sernin, invite à ne pas considérer les inventaires comme une liste objective, mais bien comme un document historique, répondant à des besoins précis, s’inscrivant ici comme une péripétie dans un conflit.

Les Guerres de religions furent un autre moment fort des inventaires des trésors et reliques. Lors de la prise de ville, les autorités huguenotes mirent en place, quand elles en eurent le temps et l’occasion, un système d’inventaire des biens des églises. A Lyon, cette tâche échut à Guillaume Gazeau qui effectua celui des Jacobins et de Notre-Dame de la Platière, ou à Henri  de Gabiano pour les Carmes.

Inventaire du trésor de la Platière, 1562. ADR, 2H35

Inventaire du trésor de la Platière par Guillaume Gazeau, 1562. ADR, 2H35

Ces inventaires s’attachent davantage aux reliquaires qu’aux reliques en elles-mêmes. Ainsi, pour les Jacobins, Guillaume Gazeau mentionne la somme de 150 marcs obtenues après la fonte des reliquaires.

Aux inventaires huguenots répondirent immédiatement après les inventaires de vérifications catholiques, aux objectifs doubles. Il s’agissait en premier lieu de connaitre l’état des destructions, et de resacraliser ce qui avait pu être profané. Les reliques reviennent au centre des documents, et des récits complètent les descriptions ,racontant autant les destructions que les opérations de sauvetage. Par exemple, un inventaire de 1562 effectué pour la sacristie de la cathédrale Notre-Dame de Rouen est précédé par « les mises faites par moi Jean de Quintanadoynes, chanoine de Rouen, pour la conservation des reliques, chappes et ornements et joyaux dedans la sacristie de Notre-Dame de Rouen ».
Inventaire par les catholiques de Notre-Dame de Rouen, 1562, ADSM, G 3666.

Inventaire par les catholiques de Notre-Dame de Rouen, 1562, ADSM, G 3666.

La source que constituent les inventaires de reliques au XVIe siècles invite s’interroger sur le document en lui-même, à travers les modalités de sa rédaction, les choix et objectifs des auteurs, mais également sa publicité éventuelle. Le traitement des données s’en trouve alors enrichi, au-delà du simple décompte quantitatif.
L’activité de recension par l’inventaire, au XVIe siècle témoigne d’une volonté de contrôle d’un objet sacré, qui se trouve ainsi placé au centre de conflits internes aux institutions ecclésiales mais aussi confessionnels. Elle permet également à l’historien de replacer les actes de dévotion mais aussi de violence, dans des logiques juridiques, comptables ou encore théologiques, bien loin d’une image biaisée d’une exaltation religieuse irréfléchie.

[1] Sur ce sujet, l’ouvrage de référence est : Pascal Julien, D’ors et de prières: art et dévotions à Saint-Sernin de Toulouse, Aix-en-Provence, France, Publ. de l’Université de Provence, 2004, 427 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *