Les archives, le sacré, la relique.

Il est parfois des expériences d’archives qui tranchent avec l’habitude. Dans le cadre de ma thèse, j’ai commencé à visiter un certain nombre d’archives départementales et municipales, à Lyon, Toulouse, Rouen, des fonds patrimoniaux de bibliothèques comme celui de la bibliothèque municipale de Lyon ou de Toulouse. Le lieu comporte à chaque fois ses petites règles, ses petites spécificités, mais, au gré des cartes de lecteurs qui s’accumulent, s’installe une routine.

Fin novembre, j’ai eu l’opportunité, grâce à l’archiviste diocésain de Toulouse le Père Jean-François Galinier-Palerolla, d’accéder à un trésor archivistique, celui de la basilique de Saint-Sernin à Toulouse.

Saint-Sernin hypothèse

La basilique Saint-Sernin un matin d’Automne

Principalement pour des raisons historiques liées à la volonté d’une exceptionnalité de cette église, les archives du chapitre de Saint-Sernin de Toulouse n’ont pas été versées dans la série G des archives départementales de la Haute-Garonne à la Révolution Française ou tout au long du XIXe siècle. Ces documents ont continué à être conservés dans la basilique même, placés sous le contrôle théorique du Musée Saint-Raymond voisin. Ces archives avaient été néanmoins triées et classées par les archives départementales au cours des années 1990, et le fond avait été largement microfilmé. Ces microfilms sont disponibles aux archives départementales, mais ne sont guère satisfaisants pour le chercheur, à cause d’une qualité moyenne.

Le Père Galinier m’a donc permis d’accéder à ce fond jusque là inédit dans le monde de la recherche universitaire. Le rendez-vous était fixé fin novembre, devant la basilique. Une des première spécificités était le lieu, non pas des archives, mais un lieu de culte, fréquenté au quotidien par les fidèles et les nombreux touristes. Après avoir récupéré les clés auprès du sacristain, nous prîmes une porte dérobée qui donnait sur un escalier en colimaçon. Au première étage, au-dessus de la sacristie, se trouve deux salles des archives, fermées, à la température plus que fraîche. De grandes armoires contiennent l’impressionnant fond de Saint-Sernin. Les délibérations capitulaires, les documents précieux sont très complets depuis le XIIe siècle. La période moderne se voit enrichie des archives de la confrérie des Corps Saints. Le fond du XIXe siècle comprend toutes les archives de la fabrique, les agendas des différends curés… De quoi faire travailler des étudiants et des chercheurs pendant quelques années.

20141127_150714

Une armoire à archives à Saint-Sernin

Ca et là traînent au sol des tableaux reliquaires, sans doute du XIXe siècle :

Un tableau reliquaire à Saint-Sernin

Un tableau reliquaire à Saint-Sernin

J’ai donc passé deux jours caché dans la basilique de Saint-Sernin, à photographier mes archives des Corps-Saints, dans un espace de travail très différent des habituelles salles de lecture des archives publiques, avec le son des cloches tous les quarts d’heure.

Mon bureau à Saint-Sernin

Mon bureau à Saint-Sernin

J’ai eu aussi la chance, grâce au Père Galinier, d’avoir une petite visite des Corps-Saints de Toulouse, et notamment de voir et d’avoir un contact avec mon objet d’étude, les reliques. Au centre de la basilique se trouve, sous un baldaquin, l’inatteignable tombeau de l’évêque fondateur, Saturnin, autour, dans le déambulatoire, des autels et petites chapelles contiennent une grande partie des nombreuses reliques conservées dans l’église. Généralement, des panneaux en bois peint, du XVIIe siècle, renferment des reliquaires.

Chapelle contenant les reliques de sainte Suzanne de Babylone - XVIIe siècle.

Chapelle contenant les reliques de sainte Suzanne de Babylone – XVIIe siècle.

Sous l’œil curieux et amusé des touristes, nous avons ouvert quelques-uns de ces panneaux, et trouvé des reliquaires, souvent du XIXe siècle, d’un style naïf certain, comme celui de saint Cyr et de sa mère sainte Julitte martyrs :

Buste reliquaire de saint Cyr et sainte Julitte - XIXe siècle.

Buste reliquaire de saint Cyr et sainte Julitte – XIXe siècle.

Je fus autorisé à ouvrir un de ses reliquaires : celui qui contenait la pierre qui a servi à la lapidation de saint Etienne, présent dans les inventaires de Saint-Sernin depuis le XIIIe siècle :

Pierre de la lapidation de saint Etienne. Saint-Sernin

Pierre de la lapidation de saint Etienne. Saint-Sernin

Expérience de recherche, logé dans un clocher, entouré de reliques. La frontière entre l’archive, le patrimoine, la relique et le sacré se troublant sans cesse. Pendant que je menais à bien un travail de recherche, des fidèles déambulaient, priaient autour de ces Corps-Saints, les sacristains préparaient la très proche fête de la Saint-Saturnin et la procession aux reliques, maniant les objets sacrés avec respect, ferveur et précaution. Et moi, je prenais des photographies de l’ensemble durant deux jours, dans une basilique, à Toulouse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *