Du pouvoir de l’émotion – un bilan historiographique.

Le moment que constitue un début de thèse est un exercice de situation, dans un espace et un temps de la recherche, avec des choix et des prises de position. La conscience d’une inscription dans une historiographie s’installe au gré des lectures et des rencontres. L’atelier doctoral international qui s’est tenu à la Casa de Velázquez de Madrid du 19 au 22 novembre 2014[1], autour du thème « sainteté et politique à l’époque moderne », m’a permis de parvenir à formuler quelques réflexions sur un état actuel de la recherche en ce domaine.

Les reliques ont été principalement étudiées pour la période médiévale, et de manière assez tardive dans l’histoire religieuse. L’ouvrage pionner de Patrick J. Geary sur le vol des reliques au Moyen Age[2] marqua un moment important, avec une entrée très politique, et la mise en avant de sources littéraires et hagiographiques. Dans la lignée de ces premiers travaux, on retrouve toute une historiographie qui mis progressivement en avant l’ancrage territorial des reliques et les stratégiques d’élites politiques et religieuses afin d’affirmer un pouvoir. La question du droit[3], de l’ancrage spatial dans la ville médiévale[4] ou d’une « politique des reliques »[5] visant à affirmer un pouvoir politique.

Ces nombreuses études ont largement insisté sur le rôle des reliques dans la constitution de communautés urbaines, territoriales, en mettant en avant la place de la sacralité de l’objet relique dans des discours et actes politiques, ce que l’on pourrait appeler un objet de pouvoir.

Cette tradition historiographique s’est donc avant tout attachée à comprendre et à étudier les reliques comme une représentation de pouvoirs alliant étroitement politique et religion.

On observe depuis le début des années 2000 un retournement paradigmatique, intégrant des données et méthodes de l’anthropologie du religieux et des émotions. Dans la lignée des deux grandes enquêtes menées par le Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne (CARE) sur les reliques modernes[6] puis sur les reliques des corps saints des catacombes[7], les questions de la réception et du pouvoir de l’objet relique sont de plus en plus mises en avant. La diffusion massive à l’époque moderne de reliques romaines dans l’ensemble de la catholicité ne correspondait pas seulement à un affrontement théologique contre les différentes réformes. Elle s’inscrivait dans le cadre de la réforme du concile de Trente, et dans la tentative romaine de contrôler le contenu des cultes locaux et des objets qui leur étaient liés. Plus généralement, les cérémonies d’élévation, d’invention, de translation des reliques, au même titre que les processions, les fêtes de l’époque moderne, sont de plus en plus étudiées non pas seulement comme la représentation d’un pouvoir, mais comme le « pouvoir d’une représentation », pour reprendre une expression employée par Annick Delfosse dans ce même atelier.

Ainsi, les cérémonies touchant aux reliques peuvent être analysée comme une fabrique, un moment de vécu collectif, à travers la construction de dispositifs émotionnels, fondés sur la vue, l’ouïe, l’odorat et l’éphémère. Les récits, manuscrits ou imprimés, de telles célébrations, peuvent permettent alors d’entrevoir le pouvoir des reliques dans la sphère collective, au-delà d’une construction signifiée qui perd en vitalité dévotionnelle et en spontanéité.

La tenue de cet atelier doctoral international, dans l’exaltation d’un moment, a pu permettre la confrontation et le dialogue entre des historiographies nationales, mais aussi la comparaison, l’échange. Avancée collective dans l’automne madrilène, portée par le cadre de la Casa de Velazquez.


[1] Organisé par Axelle Guillausseau (CPGE Lycée Michelet de Vanves/Centre Roland Mousnier – Université Paris 4 Sorbonne) et Cécile Vincent-Cassy (Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité / Pléiade).

[2] Patrick J. Geary, Le vol des reliques au Moyen âge: furta sacra, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, France, Aubier, 1993, 256 p.

[3] Nicole Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints: formation coutumière d’un droit, Paris, France, Klincksieck, 1975, 1975, 446 p.

[4] André Vauchez, Pecia (Saint-Denis), ISSN 1761-4961. Reliques et sainteté́ dans l’espace médiéval, Saint-Denis, France, Pecia, 2006, 656 p.

[5] Edina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis: protection collective et légitimation du pouvoir, Paris, France, Beauchesne, 2007, 315 p.

[6] Philippe Boutry, Pierre Antoine Fabre et Dominique Julia (eds.), Reliques modernes: cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Paris, France, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009, 2 vol.

[7] A paraitre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *