L’ombre d’Alphonse Dupront

Il est des figures tutélaires qui survivent à travers leur œuvre dans l’historiographie française. L’aura d’Alphonse Dupront (1905-1990) va bien au-delà de la simple influence. Sa méthode de recherche, ses hypothèses, son écriture en font un historien difficilement classable dans l’université française, fascinant autant ses contemporains que les historiens qui lui succédèrent. En témoigne la récente publication de Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront[1], qui interroge autant le parcours de l’homme que sa production intellectuelle.

Traversant le XXe siècle, Alphonse Dupront participa aux grands débats épistémologiques, faisant entrer les conceptions phénoménologiques et existentialistes de l’évènement dans le champ de la recherche. On lui doit également nombre d’expressions, dont certaines demeurent encore mystérieuses. Celle de « recharge sacrale »[2]  fa été particulièrement reprise par de nombreux historiens du religieux. L’article rédigé pour l’enquête collective du Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne (CARE)[3] en est un exemple, mettant en scène les reliques.. Etudiant la diffusion des corps saints des catacombes à partir de 1578, ces historiens ont montré la volonté d’une Eglise romaine de resacraliser des espaces qui avaient été profanés, notamment lors des Guerres de Religion puis de la Révolution Française. L’idée d’une recharge implique à la fois celle inhérente d’une décharge voire même d’une perte de sacralité, qui devient une donnée quantifiable, matérialisée par la présence d’une ou plusieurs reliques, de statues miraculeuses. L’expression de « recharge sacrale » contient également l’idée d’une puissance latente (termes éminemment duproniens) d’objets fondant le territoire circonscrit du sacré. Expression féconde, qui a pu permettre le développement d’analyses autour du sacré et de son expression durant ces trente dernières années.

Cependant, l’idée d’une sacralité presque essentialisée, à activer ou réactiver, risque de couper l’objet relique du champ relationnel dans lequel il s’inscrit et à nier les capacités d’action d’individus ou groupes qui n’apparaissent qu’en filigrane dans les sources.. L’envoi depuis Rome de nouvelles reliques, standardisées par des normes de présentation, d’envoi et d’authentification, s’il témoigne d’une volonté romaine de resacralisation, ne devait son succès qu’à des conditions favorables de réception. Les exemples de Lyon et de Toulouse, au XVIIe siècle, témoignent des nuances à apporter à l’idée d’une « recharge sacrale ». En effet, dans une analyse spatiale fine, les lieux d’accueil des corps saints des catacombes furentsouvent les couvents des ordres dits de la Contre-Réforme, fondés à cette même période, qui n’avaient donc pas connu les destructions huguenotes. Les lieux profanés comme les couvents des Célestins, des Jacobins, des Cordeliers les églises Saint-Just, Saint-Irénée à Lyon ou le couvent des Franciscains de Toulouse ne reçurent point de nouvelles reliques. La recharge sacrale s’accompagna donc de l’apparition de nouveaux lieux sacrés, dans un contexte de densification du religieux dans la ville. Et parfois même, au contraire, la recharge sacrale se traduisit non pas par l’apparition de nouveaux matériaux sacrés, mais par le développement de mémoires de la perte, que ce soit à travers des processions expiatoires comme à Toulouse[4] ou la rédaction d’histoires locales à Lyon[5].

Au-delà de ces nuances locales et , l’œuvre d’Alphonse Dupront reste une source incontournable dans l’élaboration de cadres conceptuels en histoire religieuse.


[1] Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront, Paris, Editions de l’EHESS, 2014.

[2] Alphonse Dupront, Du sacré: croisades et pèlerinages, Paris, France, Gallimard, 1987.

[3] Stéphane Baciocchi, Philippe Boutry, Christophe Duhamelle, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Julia, « La distribution des corps saints des catacombes à l’époque moderne, de Rome aux Nations » in Jean-Paul Zuniga (dir.), Les pratiques du transnational, terrain, preuves, limites, Paris, Bibliothèque de Recherches Historiques, 2011.

[4] Pierre-Jean Souriac, « Guerres religieuses, histoire et expiation : autour de l’émeute toulousaine de mai 1562 », Chrétiens et sociétés. XVIe-XXIe siècles, 3 décembre 2013, no 20, p. 31‑62.

[5] Voir par exemple LA MURE (J.-M.), Histoire ecclesiastique du diocese de Lyon, traitee par la suite chronologique des vies des reverendissimes Archveques comtes de Lyon, et primats de France ; avec les plus memorables antiquites de la tres-Illustre Eglise Cathedrale, de toutes les Collegiales, Abbayes et Prieurés : Etablie sur titres d’archives, actes monumens publics, et autres preuves authentiques : enrichie du Catalogue general des Benefices dudit Diocese, par Messire Jean Marie de La Mure, Pretre, Docteur en Theologie, Conseiller, Aumônier du Roy, Sacristain et Chanoine de l’Eglise Collegiale de nôtre Dame de Montbrison, à Lyon, chez Marcelin Gautherin, ruë Confort, à la Justice, devant l’Hôtel Dieu, M.DC. LXXXI, avec Approbation et Privilege du Roy, in-8 ; RUBYS (Claude) (de), Histoire véritable de la ville de Lyon, à Lyon, par Bonaventure Nugo, 1604. ; SAINT-AUBIN (J. de), Histoire ecclesiastique de la ville de Lyon, ancienne et moderne, par le R. P. Jean de Saint-Aubin de la Compagnie de Jésus, à Lyon, chez Benoist Coral, en ruë Merciere à l’Enseigne de la Victoire, avec privilege et permission, M.DC.LXVI, in-fol.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *