L’invitation au voyage (1)

 

Aujourd’hui, en ce mois de mai printanier, jour de départ. J’entame la fin de mon modeste tour des archives, complétant ainsi les quatre points cardinaux : à l’Est, Lyon, au Sud, Toulouse, à l’Ouest, Rouen, et donc désormais au Nord, Metz.

Cette quatrième ville parfait ainsi le quadrilatère des grandes villes du Royaume de France à l’époque moderne, derrière Paris.

Metz est donc la dernière ville que je visite, car il s’agit bien d’une visite. L’objectif premier est la récolte d’archives. Au programme donc, razzia photographique aux archives départementales, municipales, et au fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Metz si j’ai le temps.

Des objectifs donc, qui permettront de m’occuper quelques semaines, par un dépouillement patient et parfois fastidieux. Mais des objectifs qui se préparent, au gré des outils disponibles ou non.

Le cas de Metz est un peu contraignant. Les séries G et H qui m’intéressent principalement ont été classées dans les années 1920, ne donnant pas encore lieu à une numérisation. Le moteur de recherche par notices existant sur le site internet des archives départementales de la Moselle n’inclut pas non plus ces séries.

Il y aura donc une surprise de la découverte, un frémissement en parcourant les antiques inventaires, qui participent largement au « goût de l’archive ».

Préparation également bibliographique qui constitue également un premier voyage, inscrit dans les livres.

Ne connaissant pas du tout Metz, j’ai lu des histoires de la ville de Metz[1] et de la Lorraine[2], puis j’ai avancé vers l’histoire religieuse à l’échelle régionale[3] ou plus locale[4], récente ou plus ancienne[5]. Il a fallu repérer les sanctuaires, les hauts lieux du religieux, noter les évènements de l’histoire locale, les prêches de Guillaume Farel, le rattachement au Royaume de France, Bossuet en ville, les épisodes de la Révolution française. Puis il a fallu prendre en compte l’espace messin, localiser les sanctuaires, comprendre leur place dans la ville, leur rayonnement.

Mais tout ce travail ne prendra sens qu’après 17h, en sortant des archives. Je pourrai alors arpenter la ville, mettre des images sur la cathédrale, les abbatiales, les rues des processions. Images certes d’un temps présent, mais aussi d’un temps vécu.

[1] François-Yves Le Moigne (ed.), Histoire de Metz, Toulouse, France, Privat, impr. 1986, 1986, 448 p.

[2] Michel Parisse (ed.), Histoire de la Lorraine, Toulouse, France, Privat, impr. 1977, 1977, 496; 32 p.

[3] Centre d’études et de recherches prémontrées, Les Prémontrés et la Lorraine: XIIe et XVIIIe siècle, Paris, France, Bauchesne, 1998, xi+324 p.

[4] Musées de la Cour d’or (ed.), Le chemin des reliques: témoignages précieux et ordinaires de la vie religieuse à Metz au Moyen âge, Metz, France, Musées de la Cour d’or : Éd. Serpenoise, 2000, 192 p.

[5] G. Bourgeat et Jean Nicolas Dorvaux, Atlas Historique du Diocèse de Metz, Montigny, France, 1907.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *