Les reliques, l’ordinateur et la carte

            Dans le cadre des activités proposées dans mon laboratoire (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, UMR 5190), j’ai pu bénéficier d’une formation animée par le pôle Histoire Numérique[1] sur les Systèmes d’Information Géographique (SIG) à travers le logiciel libre-accès QGIS.

Quel (s) rapports avec les travaux de recherches entamés dans ma thèse ? Ils sont multiples. Les reliques étudiées sont souvent rattachées à un ou plusieurs lieux, à un ou plusieurs phénomènes cartographiables.

Philippe George fit un rapide bilan de l’utilisation de bases de données autour de l’objet relique, dans une communication prononcée lors du colloque Reliques : cultes, objets, symboles, qui se tint les 4-6 septembre 1997 à Boulogne-sur-Mer[2]. Dans un article pionnier intitulé sobrement « les reliques sur ordinateurs »[3], il avait déjà appelé à la constitution de bases de données autour des « multi-reliques », à une échelle internationale. Il avait mené ce travail à l’Université de Liège, sans pour autant que celui-ci se concrétise par des publications ultérieures.

Plus récemment, le Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne (CARE) a mené et mène toujours une grande enquête sur les Corps Saints des Catacombes[4], qui a donné lieu à la constitution d’une grande base de données, ayant comme point de départ les notices d’extraction romaine, permettant de faire émerger les réseaux de diffusions de ces reliques, entre point de départ et lieux d’arrivée.

J’ai donc également commencé à constituer une base de données autour des reliques présentes dans les villes de mon projet : Lyon, Toulouse, Rouen et Metz.

Base de données reliques

Capture d’écran de la base de donnée des reliques de Lyon, Rouen, Toulouse et Metz, Nicolas Guyard, mars 2015.

Cette base de données permet de géolocaliser les reliques recensée, suivant des échelles plus ou moins précises. La précision peut se faire au niveau des villes, à l’intérieur des cités, mais également dans les sanctuaires concernés. Les analyses spatiales peuvent donc être relativement précises, quand les données le permettent.

Autre point important, la base de données (plus de 1500 entrées pour le moment) permet faciliter les recherches au sein du corpus. Il est relativement facile de faire apparaitre des reliques ou un groupe de reliques spécifiques.

La modélisation des données favorise, par exemple, l’analyse chronologique et spatiale des reliques, suivant la date de leur arrivée, leur première mention dans les archives ou les imprimées, la date des cérémonies dévotionnelles dans l’année liturgique.

Ainsi, j’ai pu, lors de la Journée d’Etude « Trop Croire », qui s’est tenue le 26 mars à Lyon, organisée par Boris Klein, le LabEx COMOD et l’ISERL, présenter une première carte lors de mon intervention intitulée « un essai de normalisation – diffusion et réception des reliques des catacombes, l’exemple de Lyon au XVIIe siècle ».

Les reliques des corps saints des catacombes à Lyon, Nicolas Guyard, mars 2015.

Les reliques des corps saints des catacombes à Lyon, Nicolas Guyard, mars 2015.

Cette carte est intéressante car elle contient de nombreux problèmes méthodologiques :

  • Quel fond de carte adopter (couche vecteur) ? J’ai choisi dans ce cadre la couche vecteur réalisée par Bernard Gauthiez[5], qui se fonde sur le cadastre napoléonien de 1824-1825. Mais ce choix est contestable, la difficulté résidant dans l’existence et la réalisation de couches vecteur pour les espaces et les périodes étudiées.
  • Comment cartographier les reliques ? Dans l’exemple ci-dessus, la relique prend la forme d’un phénomène ponctuel, qui ne rend pas compte du dynamisme des objets. Les reliques, en effet, changent d’emplacement au sein du sanctuaire, sont exposées, parfois se déplacent lors des processions, sont fragmentées et distribuées à d’autres sanctuaires etc…

Néanmoins, malgré ces problématiques, le simple fait de localiser les reliques dans les espaces urbains, suivant différents angles d’analyse, permet de prendre conscience de la réalité spatiale d’un objet, que les chercheurs ont souvent cantonné à des domaines dogmatiques ou dévotionnels.

[1] http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/pole-histoire-numerique

[2] Patrick Villiers, Université du Littoral-Côte d’Opale. Colloque international d’histoire religieuse et Université du Littoral-Côte d’Opale, Les Reliques: objets, cultes, symboles, Turnhout (Belgique), Belgique, Brepols, 1999, 336 p.

[3] Ph. George, « Les reliques sur ordinateur », Le médiéviste et l’ordinateur, Paris, 34, 1996-1997, p. 21-23.

[4] Jean-Paul Zuniga, « La distribution des corps saints des catacombes à l’époque moderne : de Rome aux nations » dans Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du Centre de recherches historiques, 2011.

[5] http://geocarrefour.revues.org/4542?lang=en


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. poujol catherine dit :

    Bonjour, malheureusement ce bel article n’est pas signé… Merci de me contacter car j organise une série de conférences à l occasion de l’anniversaire des 900 ans de l’abbaye de Saint Gilles du Gard. Nous aimerions un exposé sur les reliques et votre article m’a beaucoup interessée. Je suis moi même historienne et élue déléguée à la restauration de l’abbaye de Saint Gilles Merci d’avance et sincères salutations
    C POUJOL 0633446890

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *