De l’inventaire à l’histoire (2)

Après avoir abordé les inventaires de reliques pour le XVIe siècle ici, mettant en avant notamment la question du contexte de rédaction du document,  et de sa relation avec l’objet relique, ce billet propose d’explorer la même thématique aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les inventaires de reliques se font plus réguliers, de plus en plus normés, témoignant d’une forme de rationalisation dans la gestion de cet objet sacré.

Néanmoins, la matérialité de l’objet ne change guère. Il s’agit dans l’immense majorité des cas d’inventaires manuscrits, destinés à un usage interne, parfois sous la forme de feuillets, parfois sous la forme d’un cahier ou d’un livre. Il arrive également que les inventaires soient directement intégrés dans les comptes de fabriques.

La normalisation de ces documents se traduit également par une gestion plus rigoureuse des archives par les différentes autorités ecclésiastiques, notamment par un système de renvoi ou de copies d’inventaires précédents. Cette standardisation peut donner l’impression d’une activité qui se fige autour des reliques. Cependant, une étude plus globale du document dans son contexte religieux, politique, et à différentes échelles, peut permettre de comprendre et d’analyser ce qui apparait parfois comme une inutile manie.

Une première logique apparente est la maîtrise d’un trésor. A ce titre, les reliques ne sont plus isolées comme un ensemble sacré à part au sein de l’église, mais intégrées dans la longue liste d’objets aux statuts diverses. Si la réalité de la relique semble basculer dans un monde plus matériel, ces inventaires témoignent d’un lien et d’une distinction troublés entre le reliquaire et la relique elle-même. Le Concile de Trente, à travers son vingt-cinquième décret de 1563, défendait un culte des reliques purifié de toute superstition et de tout acte suspicieux d’un point de vue théologique. A ce titre, le reliquaire, en tant que réceptacle de la relique, devenait un enjeu à la fois dans une dynamique de conservation mais également la quête d’une authenticité. Pascal Julien, dans sa thèse sur Saint-Sernin[1], montre que ce phénomène est antérieur aux décrets tridentins à Toulouse, mais va de pair avec une volonté d’institutionnaliser et de promouvoir le culte des reliques. Le reliquaire tient une place fondamentale dans le moment de l’ostension. Comme l’a montré Francesca Sbardella dans un article[2], la production de relique passe par l’inscription d’un reste dans un decorum. On passe ainsi de l’humain au sacré, à travers une opération certes matérielle mais avant tout religieuse. Pour les grandes reliques, cette transformation, aux XVIIe et XVIIIe siècles se fait principalement lors de cérémonies d’élévation ou d’invention, présidées par l’évêque du lieu – ou un de ses représentants – qui a un rôle important lors des actes matériels.

Dès le XIVe siècle, certains Grands se distinguaient par des dons de reliquaires. Cette tradition se poursuit tout au long de l’époque moderne, permettant de financer un long renouvellement des reliquaires, de plus en plus pensés pour l’exposition, l’ostension ou la procession. Ainsi, à Saint-Sernin de Toulouse, la plupart des reliques des apôtres sont dédoublées : d’un côté un reliquaire du corps, et de l’autre un reliquaire pour la tête, ce qui rend le transport et l’identification plus aisé. A Lyon, on constate le même phénomène de multiplication avec les reliques de saint Irénée, dont le chef se trouve à Saint-Jean depuis 1573, et des ossements sont partagés entre Saint-Just et Saint-Irénée.

Dès lors, faire l’inventaire des reliquaires revient à faire l’inventaire des reliques, avec une tournure corrective et rectificative. Des reliques n’ont pas encore  de reliquaires, ou à l’inverse, des reliquaires vides patientent dans la sacristie.

L’importance du reliquaire se traduit également par une surveillance de l’objet, ce qui donne lieu à des descriptions minutieuses dans les inventaires. Le métal est relevé, ainsi que toutes les pierres précieuses et autres diamants qui ornent le réceptacle.

Différents inventaires de la Primatiale Saint-Jean de Lyon contenu dans un cahier relié témoignent de toutes ces dynamiques[3].  Un premier inventaire date de 1627, lors du décès du cardinal Denis de Marquemont. Plusieurs fois en mission à Rome pour le roi de France, ce dernier avait ramené dans son palais épiscopal un certain nombre de corps saints romains, qui furent mis à la sacristie. Un premier relevé, succinct, sert de document de base. Son mentionnées les reliques de saint Jean-Baptiste, saint Irénée, saint Laurent, saint Vincent Ferrier, et d’autres reliques. Le contenant n’est que très rarement évoqué.

Un autre inventaire est ajouté, daté de 1646. On retrouve les mêmes reliques, dans le même ordre, mais avec des détails plus conséquents sur les reliquaires. Une relique de saint Laurent sans reliquaire est mentionnée. Puis le lecteur apprend qu’un « grand reliquaire d’argent doré avec des saphirs, donné par la comtesse du Forez [ici Gabrielle de Gadagne] contient la mâchoire de saint Jean-Baptiste ».

L’inventaire suivant, du 17 juillet 1660, poursuit la description : « Un grand reliquaire d’argent doré sur son pied, garni de neuf pierres et saphirs dans lequel contient une partie de la mâchoire de saint Jean-Baptiste. A côté on retrouve une grande image de saint Jean-Baptiste et saint Etienne qui tient de sa main gauche un livre en forme de reliquaire dans lequel il y a un de ses doigts, aux armes de Saluces ». La relique de saint Laurent, elle, n’a toujours pas trouvé de reliquaire.

L’opération continue ainsi jusqu’en 1771.

Cette succession d’inventaires (6 au total), peut paraître ennuyeuse et fastidieuse. Les différends auteurs se répètent, aucune relique nouvelle rappariait. Si les reliquaires sont décrits de manière de plus en plus précise, mais sans changements notables. Pourtant, ces redondances archivistiques sont au cœur de la construction d’une authenticité et d’une légitimité des reliques dans un paysage cultuel souvent remis en cause. En effet, la répétition des inventaires est en premier lieu une preuve que les autorités ecclésiastiques, ici le chapitre cathédral de Saint-Jean, prennent soin des restes sacrés dont ils ont la charge et la responsabilité. De plus, la pratique répétée de l’inventaire permet de les inscrire à la fois dans une historicité – l’histoire de la relique peut être aisément retracée – mais également et simultanément dans une intemporalité – l’objet n’évolue ni ne subit les affres du temps – gage de son authenticité.

La production régulière de l’inventaire après le Concile de Trente permet également un contrôle plus important de l’autorité épiscopale sur l’ordinaire de son diocèse. Les procès-verbaux de visites pastorales, les injonctions d’inventaire adressées aux ordres religieux tout au long du XVIIIe siècle permettent à l’évêque de contrôler la validité des cultes de reliques par une connaissance poussée du matériel et des objets utilisés.

Un joli microfilm de la visite pastoral de l'église de la Dalbade en 1618

Un joli microfilm de la visite pastoral de l’église de la Dalbade en 1618

L’arrivée de reliques nouvelles donne également lieu à un inventaire. Le couvent des Minimes de Lyon, fondé en 1553, reçoit en 1607 un nombre important de reliques extraites des catacombes romaines, finissant ainsi son cycle de r de Lyon, Claude de Bellièvre, de faire un inventaire et de donner son autorisation pour l’exposition et pour le culte.

ADR, 16H16 Inventaires des Minimes de Lyon, 1607.

ADR, 16H16 Inventaires des Minimes de Lyon, 1607.

Là réside un paradoxe à explorer : le contrôle des reliques après le concile de Trente semble s’effectuer en partie par une réification de l’objet sacré, dont la description minutieuse et répétée le relègue peu à peu dans un monde matériel. C’est un premier temps de patrimonialisation des reliques, doublement reléguées : dans l’espace de la sacristie et dans le monde des objets des cultes, dont la garde n’est jamais remise en cause, mais dont l’usage se fait de plus en plus figé.

Inventaire des biens mobiliers de Notre-dame de Rouen, ADSM G 2114, 1786.

Inventaire des biens mobiliers de Notre-dame de Rouen, ADSM G 2114, 1786.

Au XVIIIe siècle les reliques ne deviennent qu’une petite partie de vastes inventaires des biens mobiliers d’une église ou d’un ensemble conventuel, dans ce qui s’apparente à une forme progressive de sécularisation par la patrimonialisation, d’un glissement de la richesse spirituelle à la richesse matérielle du lieu, ce qui donne lieu à une attractivité renouvelée, mais fondée sur un désir autre.

L’inventaire des reliques connait donc une évolution notable après le concile de Trente. Si la première impression est celle d’une fixation de l’objet relique dans d’inlassables répétitions de même recensions et descriptions, une étude de la source dans son contexte et au sein d’une histoire permet d’entrevoir un glissement de statut. Si les questions du contrôle, de l’authenticité sont encore très présentes au XVIIe siècle, le XVIIIe siècle est marquée par une première forme de patrimonialisation des reliques, qui tout en gardant un fondement religieux fort à travers l’inscription dans une historicité, devient le socle d’un trésor ecclésiastique attirant l’œil du curieux. Au capital sacré vient dont s’ajouter un capital de fascination oscillant entre le profane, l’amusé et le religieux.


[1] Pascal Julien, D’ors et de prières: art et dévotions à Saint-Sernin de Toulouse, Aix-en-Provence, France, Publ. de l’Université de Provence, 2004, 427 p.

[2] Francesca Sbardella, « Secrets de clôture : reliques et production de puissance sacrale (France et Italie contemporaines) », Revue de l’histoire des religions, 15 septembre 2011, vol. 228, no 2, p. 289‑305.

[3] Archives Départementales du Rhône, 10 G 1064.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *